Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 114 - Juin 2018

Go

Collectivits Locales

Deux secteurs sur la bonne voie

Transports et travaux publics dans la wilaya de Annaba

Par Farid HOUALI



Dans cette perspective, des dizaines de chantiers ont marqué les dernières années à travers le territoire national. Une enveloppe financière prévisionnelle de 832,7 milliards de dinars devrait être accordée au ministère des Transports au titre du programme quinquennal 2015-2019. Pour l’Algérie, le plus grand pays d’Afrique de par sa superficie, le transport demeure une priorité pérenne des politiques d’Etat. Le secteur des transports est, en effet, érigé en priorité eu égard à son importance et à son impact direct sur la qualité de la vie. Considéré comme un des plus grands chantiers de l’Algérie post-2000, le secteur des transports est inscrit dans une logique de développement durable, et des schémas directeurs à l’horizon 2025 ont été ainsi élaborés notamment dans la wilaya de Annaba, qui a bénéficié au cours de la période 1999-2017, de plusieurs projets structurants ayant contribué à la promotion et à la modernisation des différents modes des transports (aérien, ferroviaire, routiers, par câbles et maritime) et ce pour un montant global de 45 milliards de dinars. Rencontré dans le cadre des reportages consacrés au développement multisectoriel de la wilaya de Annaba par El Djazaïr.com, Abdelmalek Djouini, directeur local des transports, affirme que quatre projets sont déjà mis en service. Il s’agit notamment de la nouvelle aérogare de l’aéroport Rabah-Bitat, la nouvelle gare routière de classe « A » Mohamed-Sendid, la réhabilitation du téléphérique reliant Annaba au village pittoresque de Séraïdi ainsi que la réhabilitation de la gare routière de classe « B » Sidi Brahim située à l’entrée Sud-ouest de la ville de Annaba.

Des réalisations à la hauteur de l’image de la wilaya
Toujours en termes de nouvelles infrastructures, la wilaya de Annaba a bénéficié de la réalisation de la nouvelle gare routière inter-wilayas de classe « A » qui répond aux normes d’usage en matière d’infrastructures d’accueil et de traitement des voyageurs par voie routière. Cette gare a été baptisée feu Mohamed Mounib Sendid, ancien wali de Annaba décédé en 2014. « Cette infrastructure à architecture moderne contribue depuis son ouverture au public à l’amélioration de l’accueil et du traitement de 4 millions de voyageurs/an du transport routier de voyageurs », affirme le directeur local des transports, Abdelmalek Djouini. S’étalant sur une superficie de 6,4 hectares et équipée d’un système de télésurveillance, de 32 quais d’embarquements, cette gare structure le réseau de transport interwilayas à partir de Annaba et offre une bonne qualité de service public. Tandis que la gare routière intercommunale Sidi Brahim Ben Toumi a subi de profondes dégradations. Ce qui a nécessité sa fermeture, la mobilisation d’un financement local et le lancement d’une grande opération pour sa réhabilitation en 2016 et ce après plus de 35 ans d’exploitation dans le cadre de l’ancien plan de transport de voyageurs de wilaya où elle faisait fonction d’une gare inter wilayas. Sa remise en service a coïncidé avec la journée nationale du chahid (le 18 février 2018). S’étalant sur une superficie de 1,4 hectares, elle dispose de 36 quais. Elle assure désormais la desserte de lignes intercommunales de la wilaya de Annaba et 6 autres lignes des communes limitrophes de la wilaya d’El-Tarf et ce dans le cadre du nouveau plan de transport de voyageurs. Cette infrastructure accueille près de 300 bus/jour et offre ses services à plus de 30.000 voyageurs/jour. « Nous pouvons affirmer qu’actuellement l’offre de transport étant suffisamment assurée au niveau de la wilaya de Annaba, nos efforts se tourneront désormais dans le sens de la régulation des différentes activités du secteur afin de promouvoir le professionnalisme et de hausser le niveau de la qualité des services publics, qualité qui sera notre cheval de bataille pour les prochaines années » assure Abdelmalek Djouini qui relève « l’importance » du réseau de transport dans la wilaya de Annaba composé de 1200 bus toutes lignes confondues, et près de 5000 taxis dont 3200 circulant dans le chef-lieu de la wilaya. A cela, viennent s’ajouter 400 autres taxis assurant les liaisons entre Annaba et une vingtaine d’autres wilayas.

Entre ciel et terre
Sur un linéaire de 4100 m, composé de 32 pilons et de 68 cabines d’une capacité de 6 places chacune, le téléphérique reliant Sidi Harb à Seraïdi est un moyen de transport sûr et régulier offrant une capacité de transport de 800 passagers/heure/sens pour une durée de trajet de 14 minutes.
Une aubaine pour admirer les sites merveilleux du majestueux Djebel Edough qui surplombe la ville de Sidi Brahim. Nous concernant, nous ne pouvions « résister » à nous engouffrer dans l’une des cabines en ce 2 avril ensoleillé. « Le trajet pourra prendre jusqu’à 14 mn », nous avertis Hamza, un des ingénieurs de l’Entreprise de transport algérien par câbles (ETAC). Ce dernier n’a pas été d’ailleurs avare en renseignements de tous genres tout au long de notre montée vers le Mont Seraïdi, à 4 km à vol d’oiseau de notre point de départ. En effet, faisant partie de l’un des ingénieurs ayant assisté à la « renaissance » de ce téléphérique, Hamza ne rate aucune occasion afin de répondre à la moindre question soulevée par les occupants de la cabine. Cinq minutes seulement s’écoulent et…la cabine s’immobilise. Un vent de panique s’empare de quelques membres de notre équipe. « C’est tout à fait normal. C’est une preuve que le système de sécurité des câbles fonctionne parfaitement », rassure Hamza tout sourire. Evident, lui qui connait ce moyen de transport par cœur. Notre parcours s’achève enfin de compte sans incidents. Tant mieux. Nous voilà, à Seraïdi « qui a réappris à vivre » à la faveur de la mise en service du téléphérique. En effet, de nouvelles boutiques y ont vu le jour. Et les touristes, notamment ceux venus de la Tunisie voisine et de l’Égypte sont souvent croisés dans les allées de cette paisible localité qui abrite le Centre régional de rééducation physique et sportive (CREPS), une infrastructure pour la formation des sportifs de haut niveau située en pleine forêt, à quelque 800 m d’altitude sur les hauteurs de Annaba, et qui dispose d’une qualité climatique exceptionnelle. Faute d’engagements ailleurs, nous avons été contraints d’écourter notre balade. Le retour sera également effectué par télécabine. Á la descente, la vue est splendide. Tout comme notre photographe, nous admirons la baie de Annaba ainsi que la forêt de l’Eddough. Hamza notre accompagnateur se souvient d’ailleurs de l’incendie qui a ravagé en août 2017 cette forêt ayant entrainé l’arrêt obligatoire du téléphérique pendant plus d’un mois. La réparation de la zone endommagée par l’intensité des flammes de plusieurs mètres de haut a nécessité, pour rappel, le changement d’environ 700 mètres linéaires de câbles porteurs et tracteurs et quelque 1 500 mètres de câbles de transmission multi-terre (fibre optique). « C’était une course contre la montre », se rappelle Hamza.

Un acquis pour la ville
Depuis sa remise en service en mars 2017 après une opération de réhabilitation, le téléphérique reliant Annaba à Séraïdi ne désemplit pas. Ce sont des centaines de voyageurs qui se pressent aux horaires indiqués pour emprunter les télécabines qui surplombent la vallée et grimpent jusqu’au cœur du village montagnard de Seraïdi. Il a transporté 300.000 personnes et facilité ainsi les déplacements des populations de la commune de Séraïdi notamment les lycéens et universitaires qui bénéficient de réductions tarifaires allant jusqu’à 80%. « Le téléphérique d’Annaba constitue un acquis de première importance dans le système de transport collectif de la wilaya », se félicite Rachid Benzaïm, directeur technique du téléphérique relevant de l’ETAC qui a enregistré, depuis sa création en 2015, le transport de plus de 10 millions d’usagers avec une capacité de 10.000 personnes par heure à travers ses différentes lignes de téléphériques à Alger, Blida, Annaba, Constantine et Oran, en attendant la mise en service des projets en cours avant la fin de l’année 2018. Pour le téléphérique de Annaba, quelque 2000 passagers sont transportés quotidiennement de 7 heures jusqu’à 18 heures sauf les vendredis matin « consacrés uniquement pour la maintenance des équipements ». En prévision de la saison estivale, Rachid Benzaïm fait état «d’un possible prolongement de ces horaires » jusqu’à « peut-être 20 heures ».

En... perspective
La réalisation d’une prochaine gare maritime en remplacement de celle existante figure parmi l’un des projets phares prévus par les autorités locales de Annaba. La nouvelle gare maritime est un projet auto financé par l’Entreprise portuaire de Annaba (voir entretien avec son PDG). Sensible aux conditions difficiles que subissaient les usagers du transport maritime dans leur prise en charge notamment durant la saison estivale au vu de la vétusté des installations d’accueil et de traitement de voyageurs au niveau du port de Annaba, ce projet structurant vise à rendre accessible le port à la ville en offrant en plus des espaces d’embarquement et de débarquement des personnes et voitures, des espaces de services qui permettent une vue panoramique sur la petite darse du port. Conçue pour recevoir 240.000 passagers par an, cette infrastructure ouvrira des perspectives pour la mise en service de lignes maritimes régionales et nationales et le renforcement des dessertes internationales à l’avenir.
S’agissant du projet du dédoublement et la modernisation de la voie ferrée Annaba-Ramdane Djamel, il entre dans le cadre du schéma directeur national des chemins de fer d’Algérie et vise à moderniser les ouvrages, les gares et la signalisation le long de la voie.
Le projet consiste au doublement de la ligne existante Annaba Ramdane Djamel sur une longueur d’environ 94 km, avec les caractéristiques géométriques d’une voie normale à écartement standard de 1,435 m.
Composé de 4 gares principales, de 19 ouvrages et ponts, de deux tunnels de plus de 2 km, ce projet permettra d’atteindre la vitesse de 160 km pour les trains de voyageurs et de 100 km pour les trains de marchandises, selon les explications fournies par Abdelhamid Guellat, chef du projet à l’Anesrif, maître d’ouvrage. Les principales agglomérations traversées par la ligne sont Oued Ziad, Berrahal dans la wilaya d’Annaba. « Sa réception est prévue pour la fin de l’année 2019 », assure le même responsable que nous avons rencontré sur le chantier de Oued Zied dans la commune de Oued El Aneb à une trentaine de kilomètres du chef-lieu de Annaba. Sur place, les ouvriers s’afféraient à « terminer dans les plus brefs délais » les travaux de réalisation de sous-couche, la région étant marécageuse. « Le projet vise le développement du réseau ferré national (Rocade Nord), la modernisation des installations ferroviaires existantes sur la ligne, l’augmentation du trafic voyageurs et marchandises et l’amélioration des conditions d’exploitation (vitesse et confort) », nous explique encore Abdelhamid Guellat. Le ministre des Transports et des Travaux publics avait souvent rappelé l’importance accordée par son secteur au développement du secteur ferroviaire «le moteur du développement», en contribuant, grâce à un réseau fiable et connecté aux dix ports existants à l’échelle nationale, au développement d’autres secteurs dont l’agriculture, l’énergie et l’industrie. Dans ce cadre, il convient de souligner qu’en 1999, le réseau ferroviaire national ne dépassait pas 1.800 km alors qu’aujourd’hui, il s’étend sur une longueur de 4.000 km sans omettre les 2.300 km en cours de réalisation. Avec la réception des lignes en chantier, le réseau ferroviaire national sera de 6.300 km.

Pour une circulation fluide
Une dynamique nouvelle caractérise le secteur des travaux publics de la wilaya avec la réhabilitation et la promotion de son réseau qui s’étale sur 130 km de routes nationales et 294 km de chemins de wilaya.
La capitale de l’acier a en effet bénéficié, dans le cadre de la réalisation de l’autoroute Est-Ouest qui la traverse sur 39 km, de trois pénétrantes au niveau des RN 21, 44 et 16.
La première est située dans le territoire de la wilaya au nord de Aïn El-Berda, alors que les deux autres seront édifiées à quelques kilomètres de la limite de la wilaya d’Annaba, respectivement dans la wilaya de Skikda et d’El-Tarf.
« Ces projets, conçus sur la base d’une vision intégrée entrant dans le cadre du développement global durable, visent à moderniser et à rénover le réseau des routes afin de faciliter le déplacement et le transit des personnes et marchandises de et vers la wilaya d’Annaba », souligne à ce propos Younes Bouchekouk, directeur local des Travaux publics.
Le rythme d’avancement des nombreux projets (études techniques, passerelles, routes à double voie et autres) lancés dans cette wilaya, qui constitue un véritable pôle industriel, est jugé appréciable. Il s’agit notamment du grand ouvrage d’art dit «pont Y», en réalisation à la sortie sud de la ville d’Annaba.
Long de 1,2 km, l’ouvrage qui dispose d’échangeurs et de quatre petits ponts est destiné à fluidifier la circulation et à apporter un meilleur confort aux usagers de la route menant vers les wilayas de Guelma, Souk-Ahras et El-Tarf. Le pont «Y», réalisé dans le cadre des opérations d’aménagement des entrées sud et ouest de l’antique Hippone, a nécessité une enveloppe financière estimée à 9 milliards de dinars. « Son ouverture à la circulation au printemps prochain devrait permettre de réduire le nombre d’accidents de la circulation enregistrés sur cette route », ajoute-t-on à la DTP. Dans le même contexte, la wilaya a bénéficié d’un autre projet d’une grande envergure portant sur les travaux d’aménagement de l’entrée ouest d’Annaba donnant lieu à la construction de nouveaux ouvrages d’art moyennant un investissement public de 3,5 milliards de dinars. La DTP Annaba est, faudrait-le rappeler, maître d’ouvrage du projet d’extension de l’aire de stationnement des aéronefs à l’aéroport Rabah-Bitat, pour l’accueil de cinq appareils supplémentaires.

F. H.





Articles de la même rubrique

Du même auteur

Par Farid HOUALI

Les plus lus

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF