Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 110 - Dec 2017

Go

Collectivits Locales

Un administrateur à l’esprit…sportif

Mahfoud Kerbadj, directeur général de l’Imprimerie officielle

Par Farid HOUALI



Beaucoup le connaissent en tant que président de la Ligue nationale de football (LNF) ou comme ancien président du CR Belouizdad, mais très peu de gens savent que Mahfoud Kerbadj est également le directeur général de l’Imprimerie officielle. « Le département de l’Intérieur nous a confié, après le passeport biométrique, le dossier très sensible des permis biométrique et de la carte d’immatriculation électronique. Je ne vous le dis pas, c’est très important pour lui, pour le pays, donc pour moi. Cette tâche demande beaucoup de travail. Cela exige d’être à la fois minutieux et rapide. Il faut par conséquent un suivi continuel et rigoureux, donc une présence presque permanente de ma part dans mon bureau. Je dois tout superviser, tout contrôler, tout revoir. Tel est mon vrai travail, sinon, le foot, c’était du bénévolat », nous répond-il quand on lui fait remarquer que son nom est beaucoup plus lié au CRB et à la LFP notamment qu’à l’Imprimerie officielle. Pourtant, il y est depuis 1993. Originaire de Jijel, père de 5 enfants, Mahfoud Kerbadj grandit au quartier populaire Nassira-Nounou de Belcourt (actuellement Belouizdad). A l’âge de 13 ans, sa famille s’installe à Baraki. Lorsque les conditions de sécurité se détériorent, ils retournent à Alger pour habiter à Kouba. Mahfoud Kerbadj, bien qu’il ait avoué son faible pour le CRB depuis sa tendre enfance, ne fera son entrée «officielle» dans le monde du football que lors de la saison 2007-2008, lorsqu’il est membre du bureau dirigeant du club belouizdadi sous la présidence de Mokhtar Kalem. Au terme de la saison, il est élu à la tête des Rouge et Blanc après le retrait de Kalem, avec qui le club a échappé à la relégation lors de la dernière journée du championnat. « Sous ma présidence, les Belouizdadis ont remporté la Coupe d’Algérie 2009 », fait-il remarquer.
Né en 1953 et avant d’atterrir dans les stades et le bureau de la LFP, Mahfoud Kerbadj l’universitaire, est licencié en droit, diplôme qu’il a obtenu en 1978 de la Faculté de droit de Ben Aknoun. Juste après, comme beaucoup d’autres jeunes algériens, il est appelé sous les drapeaux. C’était à la prestigieuse Ecole de formation des officiers de réserve (EFOR) de Blida. Il avait été même major de promotion des sous-lieutenants de la Gendarmerie nationale. Affecté au « fichier national » de la GN, Mahfoud Kerbadj y finit ses deux ans du service national. «Je dirais sans hésiter que c’étaient là les meilleurs moments de ma vie. En plus d’avoir servi mon pays, ces deux ans de service national m’ont énormément appris, surtout à y forger ma personnalité », assure-t-il. Se référant à une phrase prononcée par le défunt président Houari Boumediene, il réaffirme que le service national est « l’école des hommes ». D’ailleurs, il s’est présenté de son propre chef au centre du Service national d’Alger (hôpital Maillot) pour demander son ordre d’appel juste après la confirmation de l’obtention de sa licence en droit. Mais pourquoi ne pas avoir opté carrément pour une carrière au sein de la GN ? « J’y ai sérieusement songé mais le destin en a décidé autrement », nous dit-il. En tout cas, il n’a pas trop chômé puisque sa carrière, il la débute juste après (1980) en tant que chargé d’études auprès de la Direction générale de la Sécurité sociale. Kerbadj fut par la suite administrateur du journal Ech-Chaâb en 1981 et ce jusqu’à mai 1987, avant de tenter sa chance à la Radio nationale, comme directeur de la coopération. Tout au long de son chemin professionnel, Mahfoud Kerbadj aura également occupé plusieurs postes de responsabilité, se forgeant une réputation parmi les siens. En juin 1990, il est désigné comme administrateur liquidateur du secteur de la presse écrite. Sa carrière connaît un tournant en décembre 1990, lorsqu’il occupe, pendant 13 ans, le poste de directeur général de la Société d’impression d’Alger (SIA). Entre-temps, Kerbadj est nommé directeur général de l’Imprimerie officielle, poste qu’il occupe à nos jours. En 2011, Mahfoud Kerbadj est élu par ses pairs comme président de l’Association des présidents des clubs professionnels (APCP), née pour «défendre les intérêts des clubs» à l’occasion de cette première édition du championnat professionnel. A hauteur de ses 64 ans, Mahfoud Kerbadj ne se sépare jamais de ses cigarettes Afras. A la tête de l’Imprimerie officielle, il affirme que son objectif premier est d’être au diapason de toutes les évolutions que connait le monde de l’impression. Il est surtout question, selon lui, de mettre à profit des pouvoirs publics des outils à même de concrétiser « la révolution numérique ». En excellent interlocuteur, Mahfoud Kerbadj tient d’abord à réaffirmer qu’il ne s’est jamais, avant cette date, exprimé sur l’activité de l’Imprimerie officielle sur les colonnes de la presse. « On ne peut, pour des raisons bien évidentes s’afficher à la une de la presse bien que j’aie de bonnes relations avec nos journalistes, étant moi-même issu de cette grande famille des médias », résume-t-il.
 
F. H.



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Par Farid HOUALI

Les plus lus

L'Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Après l’automobile
Par Yahia MAOUCHI.

La transformation numérique
Par Dr Ali Kahlane,.

Sécurité alimentaire
Par Yahia MAOUCHI.

Saison estivale 2017
Par Farid HOUALI.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF