Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 115 - Août 2018

Go

ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

« Ensemble, nous allons faire progresser notre université »

Pr Mostefa Belhakem, recteur de l’Université Abdelhamid-Ibn-Badis de Mostaganem

Entretien réalisé par Tahar MANSOUR



El Djazairccom : Pouvez-vous, Monsieur le recteur, nous parler en quelques mots de l’université de Mostaganem ?

Pr Mostefa Belhakem: Créé en 1978, le centre universitaire de Mostaganem a été érigé au rang d’université en 1998. Actuellement, elle comporte neuf facultés et un institut d’éducation physique et sportive. L’université accueille plus de 27.000 étudiants et près de 1270 enseignants, soit un enseignant pour 22 étudiants, un taux d’encadrement assez raisonnable. Nous avons une nouvelle faculté de médecine créée en 2011. Nous avons aussi deux exploitations agricoles. Il faut dire que l’université a connu un grand développement depuis sa création à ce jour. Depuis 2009, de nombreux projets de développement ont été mis en route et nous avons été, la même année, leader dans la création d’un centre de veille pédagogique. A ses débuts, le ventre formait les enseignants nouvellement recrutés. Mais maintenant un arrêté ministériel impose aux universités de former les enseignants nouvellement recrutés pour leur permettre de s’imprégner du métier avant de se retrouver face aux étudiants. Au niveau de la faculté de médecine, nous avons mis en place un centre de simulation médicale, fonctionnel depuis deux ans. Sur ce registre, nous sommes également pionniers dans la mise en place de ce centre de simulation en Algérie. 

El Djazair.com : L’ouverture de l’université algérienne sur l’international est devenue une nécessité actuellement, qu’en est-il pour l’université de Mostaganem ?

Pr Mostefa Belhakem: Effectivement. D’ailleurs, nous avons beaucoup de projets en partenariat avec de nombreux pays européens. Les plus importants en cours sont au nombre de cinq. Le premier est un projet pour mettre en place une formation en électronique et systèmes guidés, le but étant de mettre en place des travaux pratiques à distance. Le deuxième, achevé l’année dernière, est celui engagé avec l’institution Climadapt, qui réunit six universités du Maghreb et trois institutions d’enseignement supérieur européennes, avec pour objectif la formation des cadres appelés à épauler les décideurs publics et privés dans la mise en œuvre des politiques d’adaptation aux changements climatiques. Alors que le projet  « Logic », européen lui aussi, consiste à la formation tout au long de la vie et le centre existe à l’université de Mostaganem. Tandis que le projet  « Coffee », contracté entre des partenaires européens et des universités algériennes, consiste en la proposition d’une licence professionnalisante en électromécanique, projet auquel nous avons associé deux entreprises locales spécialisées dans le domaine. En somme, une offre de formation à finalité d’employabilité élevée. Enfin, le cinquième projet important est le projet « Pro Emed » coordonné par l’université de Gênes (Italie), en partenariat avec des universités maghrébines et l’université de Tlemcen, dont le but est l’étude de l’efficacité énergétique des bâtiments en Méditerranée.      

El Djazair.com : Cette large coopération avec l’Europe laisse entendre une grande mobilité des étudiants et des enseignants, comment cela se présente-t-il ?

Pr Mostefa Belhakem : Sur ces cinq dernières années, nous avons placé plus de deux cents étudiants en mobilité, ces étudiants sont soit en L3 ou M2 et qui terminent l’année. De ce fait et par ce nombre important, nous sommes la première université au Maghreb en ce qui concerne la mobilité Sud-Nord. D’ailleurs, nous avons deux autres projets qui vont être habilités et qui permettront à nos étudiants de se rendre dans d’autres universités. Nous avons aussi accueilli des enseignants, venus d’Italie, d’Espagne, de Roumanie, pour donner des conférences et des cours à l’université de Mostaganem dans différentes spécialités.

El Djazair.com : Qui dit post-graduation, dit recherche, où en est la recherche chez vous?

Pr Mostefa Belhakem: Sur ce sujet, nous sommes aussi bien avancés. Nos 41 laboratoires de recherche habilités ont effectué, entre 2014 et 2016, plus de 420 publications internationales et nous avons même un laboratoire qui a proposé un brevet d’invention d’un sonar pour détecter les bancs de poissons, etc.

El Djazair.com : Nous avons remarqué que les différentes parties de l’université ne se trouvent pas au même endroit. Comment se passe sa gestion?

Pr Mostefa Benhakem : L’université est éclatée sur sept sites. Il y a le site de Kharouba abritant le siège du rectorat et de nouveaux sites. La Faculté de médecine et l’Institut de sports ont été construits juste à proximité, car ce site a été inauguré en 2007. Les autres sites sont assez anciens comme l’ITA dont la bâtisse date de plus d’un siècle et pour laquelle nous avons lancé une opération de réhabilitation. Les autres sites se trouvent disséminés à travers la ville mais comme chaque faculté a son doyen et ses services administratifs, la gestion est rendue plus facile.

El Djazair.com : Et pour l’assurance qualité ?

Pr Mostefa Belhakem : Sur instruction du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, nous avons lancé le projet « Assurant qualité » depuis deux années. Dans un premier temps, nous avons commencé par une évaluation en interne de l’université. L’opération a été clôturée et nous attendons maintenant l’évaluation de notre tutelle. Nous préparons aussi le projet d’établissement qui nous donnera une vision de développement de l’université sur trois ou cinq années, projet qui sera lui aussi évalué par la tutelle. 

El Djazair.com : Qu’en est-il  des projets de développement de l’université

Pr Mosterfa Belhakem : Nous avons deux grands projets. Le premier a trait à la plateforme technologique d’analyses physico-chimiques qui est en phase d’équipement, et le second consiste au lancement cette année 2018 de la ferme aquacole expérimentale. C’est un projet important pour la région dont la façade maritime s’étend sur plus de 120 km. Nous travaillons aussi sur la filialisation des deux exploitations agricoles que nous possédons afin de faciliter leur gestion. En outre, nous comptons innover dans les programmes de formation en augmentant les masters professionnels, intensifier avec nos partenaires les offres de formation en graduation, mettre en place un processus d’évaluation continue, intensifier la recherche appliquer et la valoriser.

El Djazair.com : un mot pour clôturer ?

Pr Mostefa Belhakem : Je dis toujours que nous devons discuter entre nous, écouter nos étudiants, les aider et les comprendre. Nos étudiants ne sont ni plus bêtes ni plus intelligents que les autres, il faut aller vers eux et les écouter. Notre pays a aussi besoin de nous, c’est à nous de trouver les solutions aux problèmes rencontrés, à tous les problèmes, quels qu’ils soient.         
T. M.



Du même auteur

Entretien réalisé par Tahar MANSOUR

Les plus lus

L’Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Libertés démocratiques
Par Farid HOUALI.

Alger ville intelligente
Par Farid HOUALI.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Wilaya De Annaba

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF