Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 119 - Fev 2019

Go

ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

La prochaine rentrée universitaire sous de meilleurs auspices

Réception de nouvelles structures pédagogiques

Par Yahia MAOUCHI



La prochaine rentrée universitaire s’annonce sous de bons auspices, et pour cause, de nouvelles structures pédagogiques viendront renforcer le secteur de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique au niveau de la capitale ainsi qu’au niveau des autres wilayas du pays. Ainsi, ce secteur sera renforcé par pas moins de 14.000 places pédagogiques et 15.000 lits au niveau de la wilaya d’Alger. « La réception de ces structures permettra d’amorcer une rentrée universitaire confortable aux milliers de nouveaux étudiants qui seront inscrits dans la capitale », a révélé le Pr Tahar Hadjar, ministre du secteur, lors d’une visite d’inspection du pôle universitaire de la ville nouvelle de Sidi Abdallah, en présence de Abdelkader Zoukh, wali d’Alger, et d’une importante délégation de son département et de hauts représentants des collectivités locales. Il convient de signaler que ces structures sont situées au niveau du pôle universitaire de la ville nouvelle de Sidi Abdellah qui connaîtra, d’une part, la réception de 6.000 places pédagogiques sur un total de 20.000 places et 11.000 lits. Et de relever à cet égard la possibilité d’inaugurer deux facultés sur un total de cinq facultés qu’abrite ce pôle universitaire. D’autre part, l’Université d’Alger II verra, à son tour, la réception de 8.000 places pédagogiques avec la prochaine rentrée universitaire, en sus d’un bloc administratif et d’autres structures prochainement. Accompagné d’une importante délégation de son département et de hauts représentants des collectivités locales, le ministre a effectué une visite d’inspection du pôle universitaire de la ville nouvelle de Sidi Abdallah, sur le site du projet de réalisation de 8.000 places pédagogiques à l’Université d’Alger II, ainsi qu’à l’emplacement du projet de réalisation de 4.000 lits à Bab Ezzouar. Sur place, le Pr. Hadjar a fait état du parachèvement des structures dédiées à l’hébergement, les travaux de réalisation du restaurant central devant être achevés vers fin avril prochain. A cette occasion, le ministre a affirmé que ces projets, qui s’inscrivent dans le cadre de la mise en œuvre du programme du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, visent à garantir, aux fonctionnaires, enseignants, et aux étudiants, des conditions de travail et de scolarisation optimales. Il a précisé, en outre l’impératif de parachever ces projets dans les délais impartis. Dans un autre chapitre, le responsable a souligné que son département est mobilisé pour faciliter l’intégration des nouveaux étudiants au monde des études supérieures et les accompagner dans leur parcours et vie estudiantine.

Réception de 71.000 nouveaux sièges pédagogiques
Par ailleurs, concernant les nouvelles structures pédagogiques au niveau des autres wilayas, M. Hadjar rappelle que son département avait rassuré les nouveaux bacheliers que «toutes les mesures nécessaires sont prises pour les accueillir au niveau des établissent éducatifs», avant d’ajouter que «le nombre de sièges pédagogiques devrait augmenter à 1.452.000 sièges avec la réception de plus de 71.000 nouveaux sièges, ce qui permettra d’accueillir près de 1.750.000 étudiants». Evoquant les capacités d’hébergement et de restauration, le ministre a annoncé la réception totale de 45.500 nouveaux lits pour augmenter les capacités d’hébergement à 629.500 lits, et de 6 restaurants centraux, appelant, à cette occasion, à la nécessité d’accélérer la cadence de réalisation des projets inscrits au niveau des cités universitaires. Le ministre a, également, indiqué, que le nombre d’étudiants atteint lors de cette dernière rentrée universitaire environ 1.740.000 étudiants encadrés par pas moins de 59.217 enseignants-chercheurs, ajoutant qu’environ 3.000 nouveaux enseignants seront recrutés, durant l’année universitaire en cours. D’autre part, il convient de signaler que ce secteur a connu une évolution notoire passant ainsi de 53 établissements, dont 18 universités entre 1999 et 2000, à 107 établissements universitaires dont 50 universités, 13 centres universitaires et 43 écoles supérieures entre 2017 et 2018. « Cette transformation démontre, si besoin est, la mise en place d’un processus soutenu d’inclusion de la jeunesse dans toutes ses catégories sociales dans l’enseignement supérieur qui contribue au développement du pays, mais surtout à sa cohésion sociale et à l’édification de l’Algérie comme Etat-Nation », a-t-il soutenu, indiquant, pour conclure, que «80% des étudiants sont boursiers et près de 50% d’entre eux sont hébergés dans les cités universitaires ».
Enfin, rappelons que des moyens colossaux ont été consentis par l’Etat pour mettre en place un réseau universitaire à travers tout le territoire national. Ce réseau est composé aujourd’hui de 107 établissements universitaires. En fait, il n’y a pas une wilaya qui ne dispose pas d’au moins un établissement universitaire. C’est ce qui explique l’aisance relative observée dans la satisfaction de la demande, aussi importante soit-elle, exprimée chaque année et qui a accéléré la multiplication des effectifs globaux, estimés, aujourd’hui, à hauteur de 1,7 million d’étudiants, et dont la moitié est hébergée dans les résidences universitaires. Là aussi, l’effort de réalisation des structures des œuvres universitaires pour l’hébergement et la restauration, à travers toutes les wilayas, est considérable. Pour mieux canaliser les flux d’étudiants à l’avenir et permettre à ceux qui ne peuvent pas suivre une formation résidentielle, l’université se prépare à développer d’autres modes d’enseignement, à l’image de l’enseignement en ligne, et/ou à distance, de la formation par alternance et de la formation continue, à travers l’utilisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication appliquées à l’enseignement. Ainsi, durant plus d’un demi-siècle, l’Algérie, qui devait relever le défi de la formation de ses enfants, a en effet consenti un effort considérable pour répondre à ces nouvelles exigences : construire et développer un système d’enseignement supérieur et de recherche scientifique d’une densité suffisante pour couvrir l’ensemble du territoire national et l’ensemble des disciplines scientifiques.

      Y. M.



Du même auteur

Par Yahia MAOUCHI

Les plus lus

Tassili Airlines
Par Tahar MANSOUR.

Achour Abboud, P-DG de la BNA
Entretien réalisé par Yahia MAOUCHI.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Wilaya De Annaba

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF