Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 126 - Jan 2020

Go

Transports

L’agence du chemin de fer

Agence nationale d’études et de suivi de la réalisation des investissements ferroviaires

Par Tahar MANSOUR



Désengorger le réseau routier, transporter de très grandes quantités de marchandises en même temps, désenclaver des régions entières, participer à la création de milliers d’emplois directs et indirects, ramener le temps de transport de marchandises à des normes acceptables, relier les ports et aéroports aux grandes zones industrielles et aux différentes régions du pays et bien d’autres objectifs peuvent être atteints grâce à la mise en place d’un réseau ferroviaire efficient, constituant un maillage complet à travers l’ensemble du territoire national. La réalisation de ce maillage, projet grandiose s’il en est, a été confiée à l’Agence nationale d’études et de suivi de la réalisation des investissements ferroviaires (Anesrif) qui a réussi à relever le défi, malgré les difficultés du terrain très accidenté qu’il fallait vaincre et apprivoiser, et les entraves de tout ordre qui sont nombreuses dans ce genre de projet. Azzedine Fridi, directeur général de l’Anesrif, a su s’entourer d’une équipe pluridisciplinaire aux compétences avérées qui suivent à la lettre les directives qu’il leur donne, ce qui a permis à l’Agence de réaliser les divers programmes dans les normes internationales et dans les délais contractuels.

 

De 1700 km de voie ferrée à 12500 km : le challenge à gagner

Il y a seulement quelques années, l’Algérie ne disposait que de près de 1700 km de voies ferrées, reliant Annaba à l’extrême est du pays à Oran tout à fait à l’ouest, suivant la côte de la Méditerranée sans que les régions un peu éloignées soient reliées au chemin de fer. Ayant compris l’importance du réseau ferroviaire sur la vie économique et sociale de la nation, le gouvernement algérien a mis en place un programme ambitieux tendant à atteindre un réseau ferroviaire long de 12500 km à l’horizon 2025, et c’est l’Anesrif, créée par décret présidentiel 256-05 du 20 juillet 2005, qui a été chargée de le réaliser. Les hommes et les femmes qui ont été recrutés pour prendre en charge ce programme très ambitieux ont été triés parmi les meilleurs, parmi ceux qui ont l’Algérie dans le sang et qui veulent relever ce défi grandiose qui propulsera l’Algérie vers une économie diversifiée et un atout majeur : la rapidité, la sécurité et la fiabilité du transport ferroviaire depuis et vers les ports et aéroports.

 

Les missions de l’Anesrif

Dans le cadre de ses prérogatives et de l’objectif à atteindre, l’Anesrif s’est vue confier des missions diverses et multiples lui permettant de veiller à la bonne exécution du programme concernant le transport ferroviaire, des études préliminaires jusqu’à la réception et à la remise pour exploitation à la SNTF. L’Agence est donc chargée de mettre en œuvre et d’assurer le suivi et la conduite de la réalisation des programmes d’investissements ferroviaires,  de veiller au respect des règles techniques et normes de conception, de construction et d’aménagement des infrastructures ferroviaires. Elle réalise aussi ou fait élaborer les études de conception, de faisabilité, d’avant-projets et d’exécution de tous travaux entrant dans le cadre de ses attributions et d’assurer leur suivi, de développer l’ingénierie du rail ainsi que les moyens de conception et d’études afin de maîtriser les techniques rattachées à son objet. Elle s’occupe aussi de la constitution des dossiers de consultation des entreprises d’études, de réalisation et d’équipement des infrastructures ferroviaires relevant du programme global, de recueillir, traiter, conserver et diffuser les données, informations, documentations à caractère statistique, scientifique, technique et économique se rapportant à son objet et de conserver les dossiers et études ferroviaires, conformément aux dispositions législatives et réglementaires en vigueur. L’Anesrif contribue à la formation et au perfectionnement du personnel œuvrant dans le domaine des infrastructures relevant de ses attributions et met en œuvre toute mesure susceptible de moderniser et d’améliorer ses performances et ses capacités en matière d’études et de réalisations.  Elle conçoit, exploite ou dépose tout brevet, licence, modèle ou procédé se rapportant à son objet, peut recourir, dans le cadre de la législation et de la réglementation en vigueur, à une assistance technique nationale ou étrangère pour l’accomplissement de ses missions et effectue toutes opérations industrielles, commerciales, mobilières, immobilières et financières liées à son objet et de nature à favoriser son développement.

 

Le programme ferroviaire national

Le réseau ferroviaire national atteint actuellement 4300 km et sera de 6300 km avec la réception des projets en cours de réalisation et, une fois le programme ferroviaire national achevé, il atteindra 12500 km. Déjà, 2400 km de voies ferrées ont été réalisés entre 2000 et 2017, 5649 km de lignes nouvelles ont été mises en études, dont 750 km en signalisation, télécommunication et énergie et 4225 km en électrification. Ce programme comprend en tout :

La rocade nord et ses dessertes : 1822 km de voies ferrées dont 572 pour les dessertes et 1250 km d’Annaba à Akid Abbès. Dédoublement, aménagement, modernisation, électrification, signalisation de 216 gares et haltes et 9 grands ports raccordés ou à raccorder ainsi que des zones industrielles. La rocade nord dessert 22 wilayas comprenant plus de 20 millions d’habitants, soit près de 60 % de la population globale. 

La rocade des Hauts-Plateaux : elle reliera l’extrême est du pays à l’extrême ouest en passant par les hauts-plateaux dont elle désenclavera les villes et sera parallèle à la rocade nord. Elle compte 1160 km de nouvelles voies ferrées modernes dont 532 km déjà en exploitation, entre Tébessa et M’sila et entre Saida et Moulay Slissen. Le reste, soit 628 km de voies en cours de réalisation pour une vitesse de 160 km/h sont en cours de réalisation entre M’Sila et Saida en passant par Boughezoul. Ce seront 7 millions d’habitants de 10 wilayas des hauts-plateaux qui verront leurs régions reliées à l’ensemble du territoire national et contribueront à l’essor de leur économie basée essentiellement sur l’agriculture et l’élevage.

 

La pénétrante centre : le premier tronçon reliera Blida à Ksar El Boukhari sur un linéaire d’environ 100 km alors que le deuxième ira de Ksar El Boukhari à Djelfa et Laghouat sur un linéaire de près de 290 km, tronçon en cours de réalisation.

 

La pénétrante ouest : la ligne Oran-Tabia-Bechar, longue de 580 km est opérationnelle depuis 2011, permettant des vitesses pouvant aller jusqu’à 160 km/h. Elle est équipée d’une signalisation moderne et de communication (GSM.R). Une jonction est prévue dans le programme des études, avec Tindouf et la région minière de Gara Djebilet, à 950 km plus au sud.

 

La pénétrante est : c’est une liaison d’un linéaire total de 457 km qui désenclavera les villes des Oasis tout en desservant le pôle pétrolier et la ville nouvelle de Hassi Messaoud, avec une vitesse qui pourra atteindre 220 km/h. La ligne El Gourzi-Touggourt est déjà en exploitation, celle reliant Touggourt à Hassi Messaoud est en cours de réalisation sur un linéaire de 154 km.

 

La ligne minière : cette ligne relie la ville d’Annaba (port et pôle métallurgique) aux mines de Djebel Onk, sur un linéaire de 388 km et subit actuellement des travaux de dédoublement et de modernisation sur le tronçon Djebel Onk-Oued Kébrit, les autres tronçons seront entamés incessamment.

Boucle sud-est : études lancées pour la réalisation de 425 km de lignes nouvelles à 220 km/h, signalisation et télécommunications (ERTMS/GSMR), allant de Laghouat à Touggourt en passant par Ouargla, Hassi Messaoud. 

Boucle sud-ouest : c’est un linéaire de 1500 km de voies ferrées qui seront réalisées pour relier toutes les villes-oasis du sud-ouest, en commençant par Ghardaïa jusqu’à la jonction avec la ville de Béchar en passant par Ménéa, Timimoun, Adrar et Béni Abbès. Une autre jonction avec la ville de Tamanrasset de 1090 km est prévue, un peu plus au sud.

 

Les projets réceptionnés

La cadence de réception et de mise en service de nombreux tronçons de voies ferrées à travers le territoire national informe on ne peut mieux du sérieux et des compétences qui prévalent au sein de l’Anesrif, sous la houlette de son directeur général, Azzedine Fridi. Si le linéaire de certains tronçons n’est pas très important, sa réalisation a nécessité d’importants moyens aussi bien financiers qu’en termes de compétence, savoir-faire, sérieux et abnégation face à des difficultés souvent ne pouvant être découvertes qu’au moment des travaux, malgré des études poussées et multidisciplinaires réalisées par des bureaux d’études nationaux et étrangers de grande compétence. Les projets réceptionnés sont donc :

La ligne Tizi Ouzou-Oued Aissi, sur un linéaire de 14 km

Raccordement de Béni Saf sur un linéaire de 3 km

Pont rail de Mohamadia sur un linéaire de 2,4 km

Ligne Bouchegouf-Souk-Ahras sur un linéaire de 77 km

Ligne Birtouta-Zeralda sur un linéaire de 23 km

Raccordement Arzew-Arzew ville sur un linéaire de 7 km

La ligne Thénia-Tizi Ouzou sur un linéaire de 50 km

La ligne Saida-Moulay Slissen sur un linéaire de 120 km

La ligne Méchéria-Béchar sur un linéaire de 360 km

La ligne Redjem-Demouche/Méchéria sur un linéaire de 148 km

La ligne Tabia/Redjem-Demouche sur un linéaire de 74 km

Desserte ferroviaire de l’aéroport entre la halte de Bab Ezzouar et l’aéroport Houari Boumediene sur 2,8 km

Soit un total de 900 km de lignes ferroviaires nouvelles réceptionnées.

 

Dédoublement et modernisation des lignes existantes

Les lignes existantes ont aussi connu de grands travaux de dédoublement et de rectification de tracés, modernisant du coup ces lignes et permettant d’augmenter le trafic et la vitesse des trains, un gain inestimable pour l’économie algérienne. Ces travaux ont concerné les lignes :

Annaba/Ramdane Djamel sur un linéaire de 96 km

Sétif/El Gourzi sur un linéaire de 118 km

Béni Mansour/Bejaia sur un linéaire de 87 km

Thénia/Bordj Bou Arréridj sur un linéaire de 170 km

Oued Sly/Yellel sur un linéaire de 93 km

El Affroun/El Khémis sur un linéaire de 57 km

Djen Djen/Bellara sur un linéaire de 50 km.

Le total des travaux de dédoublement et de rectification de tracé a atteint 1552 km. 

 

Projets en cours de réalisation

En plus de ces nouvelles lignes, des dédoublements de voies et de la modernisation, l’Anesrif est en train de réaliser un nombre important de nouveaux projets qui viendront s’ajouter aux premiers et qui contribueront donc à doter l’Algérie d’un réseau ferroviaire s’étendant dans toutes les directions et formant un maillage complet du territoire national, rapprochant les différentes régions les unes des autres et les centres de production des ports et aéroports ainsi que des régions consommatrices. L’économie nationale se trouvera raffermie grâce à un gain de temps appréciable alors que les routes seront moins encombrées par les gros camions, ce qui contribuera aussi à réduire le temps de transport des personnes et des biens.

 

Les projets en cours sont :

Rocade nord et ses dessertes : 

Tronçon Annaba/Ramdane Djamel

Tronçon Sétif/El Ghourzi

Tronçon Jijel/El Milia

Tronçon Béni Mansour/Bejaia

Tronçon Thénia/Bordj Bou Arreridj

Tronçon Tizi Ouzou/Oued Aïssi STE

Aménagement ferroviaire de la région algéroise Phase I

RVB (Renouvellement vois et ballast) Centre        

Tronçon STE de la Rocade Nord

 

Rocade ouest et ses dessertes :

Tronçon El Affroun/Khémis Miliana

Tronçon Oued Sly/Yellel

Tronçon Hassi Mefsoukh/Mostaganem

Tronçon Essenia/Arzew STE

RVB Essenia/Ain Temouchent

Tronçon Oued Tlelat/Tlemcen

Tronçon Tlemcen/Akid Abbès

 

Rocade des Hauts-Plateaux :

Tronçon STE Tébessa /Ain-M’Lila

Tronçon M’Sila / Ain-Touta         

Tronçon Bordj Bou Arréridj / M’Sila          

Tronçon Boughezoul / M’Sila      

Tronçon Tissemsilt /Boughezoul

Tronçon Rélizane / Tiaret / Tissemsilt      

Tronçon Saida / Tiaret   

 

Ligne minière :

Electrification de la ligne minière zone Annaba

RVB Ligne Minière           

GRVB des lignes               

Tronçon dédoublement Oued Kebrit/Djbel Onk

 

Pénétrante Est 117 : 

Contournement de la ville de Biskra

Tronçon Cilas

Tronçon Touggourt/Hassi Messaoud

 

Pénétrante Centre :

Tronçon Boughezoul/Djelfa

Tronçon Djelfa/Laghouat

Tronçon Mécheria/El Bayadh

Les nouvelles technologies au service du rail

En parallèle à la réalisation de nouvelles lignes ferroviaires, au dédoublement et à la modernisation de celles existantes, l’Anesrif s’est engagée dans une dynamique d’électrification de nombreuses voies dont certaines sont déjà terminées et réceptionnées (banlieue est et ouest d’Alger), d’autres sont en cours de réalisation et des études sont lancées pour d’autres encore. L’électrification des voies ferrées permettra une vitesse des trains supérieure à celle existante jusqu’à maintenant et un gain de temps appréciable en plus de la protection de l’environnement (plus de fumée, de bruit et d’autres nuisances). La sécurité est aussi prise en compte avec l’utilisation de techniques modernes comme le GSMR (Global System of Mobile Communication – Railways) pour la télécommunication et l’ERTMS (système européen de gestion du trafic ferroviaire) pour la signalisation. Ces deux systèmes sont utilisés dans les pays industrialisés sur les voies à grande vitesse et mises en œuvre dans les nouvelles réalisations à travers de nombreux pays. Grâce à ces deux systèmes modernes, ce sont la sécurité, la fiabilité des trains, la rapidité qui sont visées, augmentant en même temps la vitesse des trains, leur nombre par une utilisation rationnelle des voies et une meilleure intervention en cas de panne ou d’accident.

 

Etudes pour la réalisation de nouvelles voies

Afin de mener à bien toutes les missions qui lui sont dévolues et mettre à la disposition de l’Algérie un réseau ferroviaire assurant un maillage complet du territoire national, tel que voulu par les plus hautes autorités qui ont consenti un investissement de plusieurs milliards de dinars, l’Anesrif a lancé diverses études pour la réalisation de nouvelles voies ferrées, leur dédoublement ou leur modernisation. Ces études concernent : 

 

Ligne minière Est

Etude de la nouvelle ligne ferroviaire entre Djebel El Onk et El Oued sur 200 km

Etude de dédoublement, modernisation et/ou rectification du tracé pour augmenter le trafic de la ligne minière Est (Annaba /Djebel-Onk) sur 388 km

Signalisation, télécommunications et énergie sur un linéaire de 230 km de voies et 31 gares, ainsi que le renouvellement des voies et ADV en plus du remaniement de la gare de Souk-Ahras.

Travaux d’électrification de la gare maritime d’Annaba - Poste II (El Hadjar), Drean –Bouchegouf, Souk-Ahras-Oued Kébrit, Oued Kébrit – Ouenza, Ain Chenia- Boukhadra sur 131 km.

 

Pénétrante Ouest

Modernisation des voies pour une vitesse moyenne de 160 km/h

 Modernisation de la signalisation et des télécommunications

 

Pénétrante Est

Modernisation des voies pour une vitesse moyenne de 160 km/h

Extension de la ligne vers Hassi Messaoud à une vitesse de 220 km/h 

Modernisation de la signalisation et des télécommunications.

 

Boucle Sud-Est

425 km de ligne nouvelle à 220 km/h

Signalisation et Télécommunications (ERTMS/GSMR)

 

Boucle du Sud – Ouest 1500 Km

1500 km de ligne nouvelle à 220 km/h 

Signalisation et télécommunications (ERTMS/GSMR.

 

T. M.



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Par Tahar MANSOUR

Les plus lus

L’Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Les règles de l’immigration légale
Par maître Serge Pautot, .

Sider El Hadjar
Par Yahia MAOUCHI .

Télécharger version PDF

Version PDF