Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 128 - Avril 2020

Go

Industrie

« Nous sommes le seul organisme de certification accrédité en Algérie »

Mourad Baraka, Directeur général de Vinçotte International Algérie

par Smail ROUHA



El-Djazair.com : Pensez-vous que la certification soit un préalable pour accéder au marché international ?

Mourad BARAKA : Concernant votre question, il y a lieu de souligner, malheureusement, qu’en Algérie la certification, en dépit du fait que c’est un gage de qualité, est un créneau qui n’arrive pas à décoller. Pour preuve, selon les statistiques de l’ISO, sur un total de 250.000 entreprises, seules 509 sont certifiées ISO9001, tous secteurs confondus, soit moins de 1% ce qui est très faible. C’est un problème de culture managériale qu’il faut inculquer. Quant au pourquoi, la certification reste une démarche volontaire. De ce fait, beaucoup d’entreprises ne sont pas motivées pour aller vers une certification, parce qu’ils n’en perçoivent pas la valeur ajoutée pour leur activité.

 

El-Djazair.com : Est-ce à dire que nos opérateurs ignorent les enjeux économiques de la certification ?

 Mourad BARAKA : Ils restent réticents. Pourtant, toute entreprise aspirant à correctement cerner les enjeux qui l’entourent, à développer les actions nécessaires face aux risques et opportunités, à mobiliser ses collaborateurs, à satisfaire clients et parties intéressées et, de ce fait, à s’améliorer et être pérenne, a tant de choses à gagner en mettant en place un système de management de la qualité (SMQ). Celui-ci influe positivement aussi bien sur l’efficacité que sur l’efficience et la performance des entreprises. Un organisme qui fait un chiffre d’affaires important peut-il se dire qu’il est efficace, mais avec des charges importantes ; ferait-il le même chiffre d’affaires mais à moindre coût s’il appliquait le SMQ ? Le SMQ aiderait les opérateurs à être plus efficients. La certification permet sinon de gagner des parts de marché, du moins de ne pas perdre des contrats et rester proche de ses clients, qui verront cette certification comme un gage de confiance. C’est aussi une façon de se positionner par rapport à la concurrence.Un fournisseur peut aussi être contraint par son client de prouver la qualité de son organisation. Autant d’enjeux auxquels les opérateurs économiques doivent réfléchir.

D’autant que la certification est presque devenue incontournable si vous voulez répondre à un appel d’offres international, entrer dans le marché extérieur et exporter.

 

El-Djazair.com : Quel peut être l’apport de la certification à une entreprise ?

Mourad BARAKA : Bien que l’Etat ait tendu la main à toutes ces entreprises en remboursant les frais d’accompagnement et de certification, ça ne décolle pas. L’avantage de la certification c’est de faire un travail de qualité, et de réussir à le reproduire tous les jours à cette même qualité. Aussi, la certification doit s’imbriquer dans la gestion quotidienne de l’activité de l’entreprise. A titre d’exemple, VIAlgérie est accrédité par Algérac. De ce fait, notre système de gestion et notre Système Mangement Qualité (SMQ) sont un deux-en-un. En clair, nous injectons tous les outils : qualité, méthodologie du processus de réalisation de l’activité tout en tenant compte de la qualité du produit, dans notre activité quotidienne. Le Système Management Qualité nous permet la

traçabilité d’une réalisation et dans nos rapports grâce à notre propre système d’information. Ce qui nous permet un gain de temps dans notre travail.

 

El-Djazair.com : Quels sont les projets de Vinçotte International Algérie?

 

Mourad BARAKA : : La création d’Algerac est l’une des exigences de l’Union européenne. Aussi, très souvent, le premier document exigé à tout opérateur exportateur est le certificat ISO 9001. Et d’autre part, pour bon nombre de produits, il lui est exigé une certification de son produit même, par un organisme accrédité ISO17065 v2012. Aussi, VIAlgérie a lancé le projet d’accréditation par Algerac sur cette portée, notamment depuis la publication dans un arrêté relatif aux procédures de certification et de contrôle des produits de terroir labellisés. Dans un premier temps, on compte certifier les produits tels queles dattes et l’huile. En outre, nos projets s’étendent également à l’activité «inspection». Comme vous le savez, nous travaillons beaucoup plus dans le domaine du contrôle non destructif conventionnel tel que Radiographic testing (RT), ultrasonic testing (UT)…

Pour cette année, Vinçotte Algérie compte se lancer dans l’advenced testing (techniques avancées), entre autres, les courants de Foucault, le TOFD et PhasedArray, ; Des techniques de détection de défaut avec des équipements poussés.

S. R.



Articles de la même rubrique

Du même auteur

par Smail ROUHA

Les plus lus

L’Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

L ‘accès à la justice constitutionnelle algérienne (1re partie)
Par Kamel Feniche, président du Conseil constitutionnel .

Télécharger version PDF

Version PDF