Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 128 - Avril 2020

Go

Industrie

« Les défis ne sont pas des moindres pour une entreprise comme Alfapipe »

Mahmoud Aït Youcef, P-DG d’Alfapipe à El Djazaïr.com

Entretien réalisé par Farid HOUALI



El-Djazair.com : Dans votre mot posté sur le site de l’entreprise, vous affirmiez que l’ère du changement a sonné, et les défis ne sont pas des moindres pour une entreprise comme Alfapipe. Pourriez-vous être plus explicite ?   

 

Mahmoud Aït youcef :  En effet.  Au lendemain de mon installation à la tête de l’entreprise, il a été mis en place une cartographie, ou disons un tableau d’évaluation des points forts et les points faibles de l’entreprise. Il a été malheureusement, constaté que l’entreprise souffrait du manque de ce qu’on appelle « un mono produit, un mono client ».  Une situation qui s’est négativement répercutée sur l’entreprise dans son ensemble puisque on arrivée jusqu’à une période de 13 mois d’inactivité. Et comme vous le savez, une entreprise inactive perd de son portefeuille client de ce fait de son chiffre d’affaires. Et  quand perd de son chiffre d’affaires, ce sont les emplois qui sont en jeu. D’ailleurs cet état des lieux a donné lieu à un climat de tension au sein de nos unités de production.     Don il y avait urgence d’y remédier.

Pour ce faire, une nouvelle feuille de route a été tracée suite aux orientations de la tutelle  qu’est le ministère de l’Industrie via le Groupe Imetal dont Alfapipe est une filiale.  Première décision : diversifier le portefeuille client puisque jusque-là, on en avait que Sonatrach TRC. Chose faite. Au jour d’aujourd’hui, la situation s’est nettement améliorée. Nos produits sont proposés  à l’Agence nationale des barrages et transfères et l’ADE relevant du département des Ressources en eau, Sonelgaz et Naftal.  L’entreprise s’est également lancée dans la diversification de son produit. On ne fabrique plus, que le tube « hydrocarbure ».  Dans sa nouvelle politique de production, Alfapipe a inclus tout ce qui est tubes « hydrauliques » et « tubes spécifique ». Autrement dit, selon notre engagement avec nos clients. On a aussi procédé au listing des intrants-produits, ceci dit, de nos fournisseurs de la matière première. Nos produits devaient être conformes aux exigences de nos clients.

 

El Djazaïr.com : Le tout a été réalisé en seulement une année Mr Ait Youcef….

Mahmoud Aït youcef : Absolument. C’est pour cela qu’on a dit que les défis ne sont pas des moindres pour une entreprise comme Alfapipe. C’est une  entreprise économique elle doit se positionner économiquement. C’est sa raison d’être. Ça y va de sa survie. 

El Djazaïr.com : L’année 2019 s’achève. Que représente cette année pour l’entreprise et de quoi serait fait l’an prochain ?

 

Mahmoud Aït youcef : C’est une année plus que réussie pour l’entreprise en dépit de la situation politique et sociale qui prévaut en Algérie depuis le début de l’année.

Si on parle chiffres, on a pratiquement triplé le chiffre d’affaires par rapport à l’année (2018).  Actuellement on est à (jusqu’au 18 novembre) 16 milliards de dinars.  Il peut atteindre les 20 milliards d’ici la fin de l’exercice en cours.  Pour  2020, nous la prévoyons une année pleine.

 

El Djazaïr.com : Dans le but d’améliorer le rendement de votre entreprise et mieux répondre aux attentes de vos clients, quelles sont les actions que vous comptez entreprendre ?

 

Mahmoud Aït youcef : D’abords, nous saluons la décision du Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, qui a recommandé au Gouvernement, l’interdiction d’importer les produits fabriqués localement. C’est un gage d’assurance envers l’entreprise nationale quelle soit privée ou publique.  Et pour répondre à votre question, Alfapipe, peut répondre à tous les besoins sur mesure grâce aussi aux certifications qui visent  l’extension de son activité. Suite à une décision qui émane de l’assemble générale de l’entreprise tenue (deux semaines avant notre rencontre), Alfapipe ne serait plus l’algérienne de fabrication de pipe mais aussi de canalisation de pipe. C’est d’abord un créneau porteur  sur le plan économique mais aussi, nous visons des marchés clés en main puisque nous comptons assurer à nos clients, y compris la pose. Aussi, il est question de la création d’une Unité transport incessamment par Alfapipe et mettre ainsi un terme aux défaillances constatées jusque-là avec nos sous-traitants dans ce domaine d’activité. 

 

El Djazaïr.com : Après s’être assuré une bonne part marché national, Alfapipe vise-t-elle le marché international ? Et quelle est votre démarche pour ce faire ? 

 

Mahmoud Aït youcef : Bien entendu. Mais avant cela, nous nous efforçons d’abord, de répondre à la demande locale. 

 

El Djazaïr.com : Donc les exportations passent en deuxième position ?

 

Mahmoud Aït youcef : Pas au vrai sens tu mot. C’est inscrit dans parmi nos objectifs.   Et pour ce faire, nos unités ont doublé leurs capacités de production.  On est passés de 400 000 tonnes/an, à 600 000 tonnes/ pour atteindre les 800 000 tonnes durant les deux à trois mois à venir.  Notons également qu’une enveloppe pour la mise à niveau de l’entreprise, nous a été accordée par le Groupe Imetal. Cette enveloppe est accompagnée d’un nouveau plan de développement.  C’est dire que tous les moyens sont mis en œuvre pour concrétiser cet objectif, en plus des conventions signées dans le passé (voir la présentation de l’entreprise).  Ainsi l’entreprise aura également rentabilisé les investissements consentis par les pouvoirs publics.

 

El Djazaïr.com : Mr Aït Youcef, pour cerner tous ces objectifs, outre celle déjà opérationnelles (Annaba et Ghardaïa) peut-on s’attendre à d’autres unités de productions relevant de votre entreprise en l’avenir étant de l’étendue du territoire nationale ? 

 

Mahmoud Aït youcef : Ce n’est  pas exclu du nouveau plan d’action de l’entreprise.    Si ça fonctionne comme prévu, notamment sur le marché international, nous nous n’aurons guère le choix que de ce faire

 

El Djazaïr.com : Les longues années d’expérience que cumulent vos unité de production, ne vous fait-elle pas craindre la concurrence ?

 

Mahmoud Aït youcef : Comme vous l’avez si bien dit, nos unités de production cumulent de longues années dans le domaine. C’est aussi un  savoir-faire, est transmis par des pionniers de l’industrie en Algérie. Comme souligné auparavant, nos produits sont conformes aux standards internationaux. Alfapipe est une référence dans son domaine d’activité. Donc et en toute modestie, nous affirmons que la concurrence ne nous fait pas peur. Bien au contraire, elle nous incite à fournir plus d’efforts et de ce fait se positionner davantage sur le marché.

 

El Djazaïr.com : Dans le développement de toute entreprise, le facteur humain est une nécessité.  Que se fait-il à ce propos par Alfapipe ?

 

Mahmoud Aït youcef : Tous les personnels ainsi que les process de l’entreprise sont certifiés. Et la formation constitue un des éléments clés de notre stratégie.

 

El Djazaïr.com : Et qu’en est-il de la communication?

 

Mahmoud Aït youcef : Elle importante pour toute entreprise et non seulement la nôtre. Nous concernons, nous estimons que communiquer correctement, c’est de se positionner correctement sur le marché. C’est pour d’ailleurs, que nous avons pris part, pratiquement à toutes les manifestations économiques qui rentrent bien sûr dans notre secteur d’activité, qui se tiennent en nationale, comme en internationale.   Aussi, nous avons mis tout un nouveau système de communication en interne.

 

F. H.

 

 



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Entretien réalisé par Farid HOUALI

Les plus lus

L’Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

L ‘accès à la justice constitutionnelle algérienne (1re partie)
Par Kamel Feniche, président du Conseil constitutionnel .

Télécharger version PDF

Version PDF