Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 120 - Avril 2019

Go

L'ANP

Le fleuron de l’industrie mécanique

Société algérienne pour la fabrication de véhicules de marque Mercedes-Benz (Safav-MB)

Par Yahia MAOUCHI



Considérée comme l’un des projets prometteurs de l’industrie automobile en Algérie, la Société algérienne de fabrication de véhicules Mercedes-Benz (Safav-MB) relevant du ministère de la Défense nationale (MDN), sous tutelle  de la Direction des fabrications militaires implantée dans la commune d’Aïn Bouchekif (Tiaret), est considérée comme l’un des plus importants investissements qu’a connus le secteur dans la région. Entrée en production en octobre 2014, elle est devenue une véritable locomotive dans le développement de l’industrie mécanique et la qualification de la main-d’œuvre dans ce domaine. Occupant une superficie de 94,9 ha dont 45 ha de surface bâtie, l’usine de la Safav-MB a été réalisée dans le cadre d’un partenariat entre l’Algérie, le groupe émirati Aabar et le groupe allemand Daimler comme associé technologique. La capacité de production de cette usine est évaluée à 6.000 véhicules/an de type Sprinter destinés à différentes utilisations, ainsi que 2.000 véhicules de type G Class 4×4 destinés à des fins militaires et paramilitaires. Ainsi, depuis le lancement de la production, la Safav-MB a produit quelque 16.000 véhicules en attendant la livraison de 5000 autres programmés pour l’année 2019. Par ailleurs, la Safav-MB s’apprête à mettre sur le marché son nouveau véhicule Sprinter VS 30, dès le début du mois d’avril, a annoncé à El Djazair.com le général Smail Krikrou, Président du Conseil d’administration de la Safav-MB de Tiaret. « Le début de la fabrication de ce nouveau type de Sprinter, doté d’un design relooké, d’un moteur plus puissant et d’options de sécurité et de confort modernes et performantes, se fera à partir du 2 avril à Tiaret », explique le général Krikrou, révélant que la vente de ce nouveau type de Mercedes-Sprinter sera ouverte à tous les Algériens. L’arrivée de ce « nouveau-né » dénote la détermination du Haut Commandement de l’Armée nationale populaire (ANP) et de la mise en place  de tous  les moyens   humain et matériel  par la Direction des Fabrications Militaires  en vue de  développer une industrie nationale selon les normes internationales et à garantir un produit de haute qualité, en plus de la création de postes d’emploi permanent, tout en assurant une formation qualitative au personnel. A cet effet, la Safav/MB a déjà lancé sa phase de production test depuis le mois de février dernier. Un constat fait de visu lors de notre visite de l’usine, où nous avons assisté à la sortie du premier prototype du nouveau Sprinter VS.30. « L’unité de production de ce type de véhicule a été mise en place récemment. Ce qui nous permettra de procéder directement au montage du véhicule à 100 % au lieu du montage progressif adapté dans la fabrication de l’ancienne Sprinter dont la production a été suspendue définitivement avec le lancement de la production du nouveau véhicule », tient à préciser notre général.

Une formation aux normes internationales

La préparation pour la production de ce nouveau véhicule concerne, a souligné notre interlocuteur, l’extension de l’unité de production en ajoutant 10 stations de production à la ligne secondaire de la chaîne de montage de l’ancienne sprinter pour atteindre les 22 stations. L’unité de production élargie prendra en considération le lancement directement du montage du Sprinter VS 30 avec le recrutement de 150 nouveaux employés sur un total de 200 stagiaires ayant suivi une formation de base. Les stagiaires acceptés sont soumis à une formation spécialisée au sein du centre de formation des techniques de l’automobile de l’EPIC-EDIV. Conscients de l’importance de la formation, les responsables de la Safav/MB axent le cursus sur les normes et la qualité de la formation dispensée à ses cadres. « La formation des cadres et des techniciens de la société se fait en deux étapes. Les nouvelles recrues subissent une formation sous la direction du ministère de la Formation professionnelle durant six mois, au niveau du centre de formation des techniques de l’automobile de l’EPIC-EDIV. Seuls les meilleurs sont présélectionnés et subiront une formation spécifique de trois mois au niveau de du même centre. A l’issue de cette formation et d’un test, les plus aptes seront recrutés pour travailler sur les chaines de production », précise le responsable. Cette formation est assurée par huit formateurs. « Ces formateurs subissent tout au long de l’année des formations spécifiques à l’étranger pour pouvoir inculquer cette formation spécifique aux cadres et ouvriers qui doivent travailler dans la chaine de production. C’est un centre de formation des techniques de l’automobile qui assure et la formation spécifique et celle assurée sous l’égide du ministère de la Formation professionnelle…jusqu’à présent nous avons formé 554 personnes », souligne le général Krikrou.

Un taux de montage de 100 %

Afin d’avoir une idée précise sur le travail qui se fait au sein de cette usine, le général Smail Krikrou nous accompagne, avec son staff, pour une visite complète de l’usine, du début jusqu’à la fin du processus. Sur place, le directeur de production de Safav, Zine El Abidine Mostefaoui, nous fait savoir que la Safav/MB se lancera début avril dans la phase de montage à 100%, pour les véhicules Sprinter, sachant que le taux de montage de véhicules 4x4 Class G a atteint déjà les 100 % dans cette société depuis la mise en service de 21 stations de production en avril 2017. Notre interlocuteur rappelle que Safav-MB d’Aïn Bouchekif a formé 120 travailleurs dont des techniciens, techniciens supérieurs et ingénieurs dans les domaines de l’électromécanique et de la maintenance industrielle pour les employer dans 19 nouvelles stations de production dont le nombre atteindra 35 stations de chaîne de production. La société intégrera, au début de cette prochaine phase et après une première phase de montage à 50 %, un robot pour installer et joindre différents vitrages de véhicules au sein de l’usine. Cette phase concernera le montage de différentes parties intérieures du véhicule dont les accessoires et le vitrage. La troisième phase de traitement de la carrosserie  et de la peinture est prévue en 2022, alors que la dernière étape d’assemblage de la carrosserie par soudure au laser est attendue pour 2025. 

Plus de 600 postes d’emplois créés

Avec un capital social de 53 millions d’euros, la Safav/MB a contribué largement dans l’absorbation du chômage dans cette wilaya des hauts plateaux. « En plus du transfert technologique très appréciable, du point de vue montage du véhicule et de carrosserie, la société mixte emploie plus de 550 personnes, en plus de l’EPIC-EDIV, qui fait employer une centaine de personnes. Au final, c’est plus de 600 personnes recrutées, et nous pouvons aller avec le développement de la société jusqu’à 800 personnes. C’est un impact très positif d’autant que nous avons une forte demande de recrutement », se félicite le général Smail Krikrou. Par ailleurs, au cours de notre périple à travers les différentes chaines de production de la société, nous avons pu apprécier un sérieux exemplaire dans le travail. Les employés des deux sexes (dont plus de 50 femmes) sont à leur poste et le travail se fait sans problème. La relation entre les travailleurs et le directeur est caractérisée par le respect mutuel. Les paroles échangées lors de notre passage démontrent d’une présence régulière, d’une connaissance des techniques du montage et, surtout, d’un management performant de la part des responsables de cette société. La discipline est de rigueur mais empreinte de respect mutuel.

Bientôt des véhicules Class G tout-terrain destinés aux civils

Pour diversifier leurs produits et leurs portefeuille-clientèle clients, les responsables de Safav/MB, à leur tête le général Smail Krikrou, s’affairent sur l’intégration d’un Class G, qui sera destiné aux civils. « Nous sommes en train de travailler là-dessus avec Mercedes Benz. Nous allons apporter quelques modifications et essayer de produire un véhicule civil qui sera prêt logiquement avant la fin du premier semestre 2019 », affirme le général Smail Krikrou. Pour ce faire, un accord devrait être conclu concernant le véhicule Class G tout terrain destiné aux civils. Des négociations sont en cours avec le partenaire allemand Daimler pour la production, par la Safav/MB, de ce véhicule en respectant les conditions du marché algérien et les clients ciblés sur le plan du prix et de la qualité, selon notre interlocuteur. La Safav Mercedes-Benz d’Aïn Bouchekif produit actuellement le véhicule Class G tout terrain destinée aux unités de l’Armée nationale populaire, des institutions et sociétés publiques, de même que le véhicule Sprinter dont les deux types sont aménagés suivant les utilisations.

Plus de 45 types de véhicules développés 

Il est à souligner que la Société algérienne de fabrication de véhicules Mercedes-Benz d’Ain Bouchekif a développé plus de 40 types de véhicules selon les utilisations dont des ambulances, des véhicules d’intervention, de laboratoires, des véhicules ateliers destinés aux jeunes bénéficiaires du dispositif de l’Agence nationale de soutien à l’emploi de jeunes (Ansej), des véhicules frigorifiques et ceux de transport de voyageurs. « Nous avons plus de 30 types de véhicules Sprinter et plus de 15 types Class G. Ce sont des véhicules de base aux différentes carrosseries. Nous avons pratiquement 35 à 40 types de véhicules qui sont aménagés différemment au niveau de notre société. Et nous travaillons avec 5 à 6 carrossiers étrangers qui nous fournissent la carrosserie dont nous avons besoin », précise le général Krikrou. Par ailleurs, abordant le volet sous-traitance, notre interlocuteur précise que Safav-MB d’Ain Bouchekif a conclu des conventions dans ce domaine avec douze entreprises, six sociétés étrangères de Turquie, de France et d’Italie et six locales. Certaines ont reçu l’agrément du partenaire technologique Daimler et les autres un agrément au niveau local pour ce qui est des domaines de l’électricité auto, l’acier, le caoutchouc, le bois, le polyester et le verre. En outre, les responsables de cette usine encouragent la sous-traitance à travers la mise en place de contrats de partenariat pour l’acquisition et la fabrication d’accessoires et autres composants, importés lors des premières phases de production, le but étant d’atteindre un taux d’intégration de 30% au moins en cinq ans.

16 000 véhicules produits

En 2018, la production et les ventes de la Safav-MB ont enregistré une augmentation de 20 % par rapport à 2017 où il a été procédé à la production et à la vente de 5.000 véhicules. Pour cette année, il est prévu le développement d’autres types de véhicules, la production et la commercialisation de plus de 5.000 véhicules comme il est prévu de développer le service après-vente. « Safav-MB a produit, depuis son entrée en service jusqu’au 31 décembre 2018, plus de 14.800 véhicules de différents types, dont 9.000 de type Sprinter, et ambitionne, en 2019, la production de 6.000 véhicules en augmentant sa capacité de production du véhicule Sprinter à 75% », se félicite le général Krikrou. Fort satisfait des importants contrats engagés avec différents organismes et entreprises, notre interlocuteur a annoncé que plus de 1.200 véhicules sont déjà produits à Tiaret durant ce premier trimestre. Pour les produits vendus jusqu’au 31 décembre 2018, le même responsable précise que sa société a enregistré une vente de 7457 véhicules en Sprinter, et 4990 en Class G, soit un total de 12447 véhicules commercialisés. Pour la carrosserie, la production a atteint les 7530 carrosseries entre le Sprinter et Classe G. Pour le Sprinter, c’est 5783 carrosseries qui ont été montées jusqu’au 31 décembre 2018, contre 1747 pour le Class G. 

Un service après-vente garanti 

Pour les besoins du service après-vente et de la distribution, la Direction  des Fabrications Militaires par le biais  de l’EPIC-EDIV a procédé à la création d’une joint-venture Algerian Motors Services Mercedes-Benz (AMS-MB), entre l’Algérie (EDIV/SNVI) et les Emirats arabes unis (AABAR Investments PJS), domiciliée à Rouïba, qui se charge de la commercialisation et de la vente des véhicules Mercedes-Benz fabriqués à Tiaret et la pièce de rechange, le service après-vente de véhicules automobiles et de moteur de véhicules à l’exception des véhicules de tourisme. A ce sujet, le général Krikrou souligne que le réseau de distribution et de service après-vente sera élargi aux 48 wilayas du pays afin de se rapprocher de la clientèle et d’assurer la maintenance des véhicules, précisant que les produits sont garantis durant deux années.

20% du taux d’intégration 

Certes, le taux d’intégration n’est pas encore élevé faute de sous-traitants, notamment pour la carrosserie, mais les efforts consentis dans ce secteur commencent à porter leurs fruits. « Nous avons atteint 15 à 20%, et nous voulons aller plus loin. En fait, il y a des carrosseries qui coûtent plus cher que le véhicule lui-même. Si nous pouvons arriver à l’intégration de la carrosserie nous allons atteindre facilement les 50% de taux d’intégration, mais il faudra que ces carrossiers s’installent et travaillent pour notre compte. Et nous, nous sommes disponibles à consentir tous les efforts pour les inciter à s’installer ici en Algérie », affirme le général Krikrou. Par ailleurs, la stratégie générale de Safav-MB est concentrée sur deux types d’intégration dont l’intégration stratégique et celle de toutes les pièces. « Dans notre stratégie, nous sommes en train de voir la possibilité d’intégrer les moteurs rapides, au niveau d’Oued Hmimine à Constantine, pour que tous les moteurs qui équipent le Class G et le Sprinter soient fabriqués en Algérie. Entre-temps, tous les moteurs qui équipent les différents camions que nous produisons à Rouïba, viennent de l’usine de SAFMMA de Constantine. En plus, tout ce qui concerne l’intégration stratégique sera faite avec la nouvelle plateforme mécanique au niveau de Rouïba et de Constantine. La deuxième intégration est en train de se faire, c’est l’usine de Aïn Smara, une usine de moteurs qui est en train de produire des moteurs pour camion et bus au profit de la SAPPL-MB Spa/ Rouïba », explique-t-il.

Un œil sur l’exportation 

Enfin notre interlocuteur souhaite que les personnes qui activent dans l’industrie mécanique s’intéressent davantage à la carrosserie mécanique des véhicules légers, à l’intégration de la pièce dans le véhicule léger et lourd, et suivent l’évolution de l’industrie automobile en Algérie, qui devient de plus en plus impérative. « L’industrie automobile est très claire. Chacun doit faire son travail. Je souhaite que nos industriels se développent dans la fabrication des carrosseries et dans l’intégration des pièces entrant dans le montage de véhicules, notamment la petite industrie qui soutient l’industrie automobile», prône-t-il. Evoquant les objectifs de la société, notre interlocuteur ne cache pas ses ambitions d’avoir des marchés et des contras à l’international. « Nous sommes en train de travailler sur l’exploration, notamment vers l’Afrique et le Moyen-Orient. Cette exportation ne peut se faire que sous l’égide de Mercedes qui ne s’y oppose pas. Mais pour atteindre cet objectif, il faut atteindre la production optimale. Actuellement, nous produisons 5000 véhicules, alors que nous pouvons atteindre les 8000 véhicules », explique-t-il. Rappelons enfin que l’Etablissement du développement de l’industrie des véhicules de Tiaret (EDIV) est créé par décret présidentiel n° 09-222 du 29 juin 2009, doté de la personnalité morale et de l’autonomie financière. L’établissement est chargé d’assurer la conception, les études, le développement, la production et la commercialisation de véhicules tout terrain. L’Etablissement peut créer des complexes, unité ou filiale et prendre des participations dans des sociétés conformément aux dispositions du décret présidentiel n° 08-102 du 26 mars 2008. À cet effet, l’EPIC-EDIV a créé une société mixte pour la fabrication de véhicules tout-terrain et utilitaire, qui s’appelle la Société algérienne de fabrication de véhicules de marque Mercedes Benz (Safav-MB). Inaugurée le 26 octobre 2014, par le général de corps d’armée, vice-ministre de la Défense nationale, chef d’état-major de l’Armée nationale populaire, Ahmed Gaïd Salah, l’usine de véhicules militaires de Tiaret est détenue à hauteur de 51% par l’Algérie, par le biais de l’entreprise de développement de l’industrie automobile (EDIV) du MDN (34%) et de la SNVI (17%) et à 49% par le fonds émirati AABAR, avec le groupe allemand Daimler comme partenaire technologique. Rappelons que le patrimoine d’affectation initial de l’EPIC-EDIV est constitué d’une usine de 94,9 ha dont 45 ha construits, le reste en terrain d’extension. La partie construite de l’usine est constituée essentiellement d’un bâtiment de production de 50.000 m² (ferrage, peinture, montage, bureau production), outre un bâtiment et équipement d’utilité, un bâtiment administratif à deux niveaux de 8.064 m², deux bâtiments vestiaires et une cuisine collective équipée pour 850 repas, une zone sous douane d’une superficie de 32.800m², un bâtiment de déballage et stockage principal d’une superficie de 3.840 m², un centre d’accueil de 20.274 m² de 32 chambres, 6 suites, une cuisine et 4 logements (2 F2 et 2 F4), trois blocs administratifs de l’établissement, un cantonnement militaire de 6.912 m² pour la compagnie de protection, un institut de formation des techniques de l’automobile de 64.342 m², contenant un atelier mécanique, 8 classes de formation de base, et un atelier de formation spécifique, une cité de 100 logements à la commune de Ain-Bouchekif d’une superficie de 41.070 m², un terrain à la commune de Tiaret d’une superficie de 4.375 m² destiné pour le projet de réalisation de 50 logements de fonction F3 et F4, une extension du bâtiment principal en charpente métallique de 16.320 m². Et enfin, une brigade de surveillance de la Gendarmerie nationale au niveau du site usine de l’EPIC-EDIV. A noter que l’EPIC-EDIV a été doté d’une subvention de démarrage d’un montant de un milliard de dinars.

Y. M.



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Par Yahia MAOUCHI

Les plus lus

Air Algérie Cargo
Par Yahia MAOUCHI.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya De Annaba

Version PDF