Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 110 - Dec 2017

Go

L'ANP

Une chaîne bien rodée à la satisfaction du citoyen

Centre du service national d’Alger- 1re Région militaire

Par Leila BOUKLI



En presque cinquante années d’existence, le Service national a connu une évolution certaine. Une évolution qui est allée de pair avec les mutations socioéconomiques et politiques qui ont jalonné le parcours de l’Algérie. Au nombre de onze à travers le territoire national, les centres du Service national gèrent les dossiers de millions d’Algériens entre appelés, contractuels, et de l’active. A ce sujet, le Centre du service national d’Alger relevant de la 1re Région militaire demeure une référence en la matière. Chaque jour, il reçoit des centaines de jeunes de la wilaya d’Alger qui viennent régulariser leur situation vis-à-vis du Service national qui demeure un devoir permettant aux jeunes de bénéficier entre autres d’une formation professionnelle, qui contribuera à leur insertion dans la vie socioéconomique du pays, comme le souligne le colonel Aid Benaoumeur, un ancien cadet qui a été durant sa carrière responsable des centres du Service national de Saida, de BouSaâda, de Blida, et depuis 2012 à ce jour, commandant  du centre d’Alger. En sa compagnie, nous effectuons un flash-back des différentes étapes qu’effectuent quotidiennement les 500 à 800 citoyens entre 8heures et 16 h 30 pour régulariser leurs situations vis-à-vis du service national.

Parcours du citoyen
Le conscrit passe d’abord par la réception où il dépose son portable, il est reçu par la suite par un officier et trois sous-officiers qui l’orientent selon sa situation vis-à-visdu Service national vers les quatre salles mises à sa disposition et où il a tout le loisir de se restaurer puisque disposant d’une cafeteria. Il passe ensuite la visite médicale de sélection notamment la biométrie (taille, poids, pointure) et une série de critères pour déterminer s’il est apte ou inapte. Après quoi, il passe une visite médicale chez un généraliste qui diagnostiquera tout. Postérieurement, il est orienté vers le médecin chef muni de son dossier médical pour passer par une commission formée par trois médecins de service chapeautés par le médecin chef. Si la pathologie diagnostiquée nécessite un avis spécialisé, on l’envoie vers les infrastructures médicosociales. Il existe dans ce service, nous dit Dr Abbés, le médecin en chef à ce poste depuis 2012, une section psychotechnique qui prend en charge les citoyens déclarés aptes qui subissent des tests. Après cela s’il est étudiant, il lui sera délivré un sursis, contre un certificat de scolarité. S’il est soutien de famille, l’appelé est orienté vers une commission qui traitera son dossier.
L’introduction de l’outil informatique dans la gestion des dossiers a réduit significativement la durée de leur traitement. Au deuxième étage de cet édifice, nous visitons le bureau d’incorporation, cerveau du Centre, connecté par intranet au serveur central qui travaille sur les données des trois contingents des 15 janvier, 15 mai et 15 septembre. Et selon le niveau d’études sont décernées les 3 catégories élèves officiers du service national, élèves sous-officiers du service national et élèves homme sdu rang du service national. Chaque citoyen a un dossier administratif classé par année de naissance.
L’autre mémoire du centre, depuis sa création en 1968, est le bureau des archives où sont établies les cartes d’exemption des citoyens déclarés inaptes pour diverses raisons, et celles des réservistes mobilisés en cas de conflit, de danger potentiel, fléaux naturels…En effet, le rôle des Centres du Service national ne se réduit pas à adresser des ordres d’appel ou à distribuer des cartes de sursis et de dispense, il consiste également à veiller à préparer la disponibilité qui se poursuit les cinq années suivant la démobilisation. Le conscrit est ensuite versé dans la première réserve pendant dix ans, puis dans la deuxième réserve pour dix années encore. Au rez-de-chaussée, le bureau des résidents à l’étranger est dirigé par un jeune lieutenant femme, ingénieure en informatique. Enfin, le Fichier central où chaque situation est classée par ordre alphabétique, classe d’âge…C’est la mémoire et la traçabilité des différentes unités depuis, nous dit le colonel Aid, la création du service national en 1968 et des bureaux où sont traités les dossiers des militaires sous les drapeaux y compris les appelés sous les drapeaux, classés par contingent. Au Mess, nous goutons à la tambouille des bidasses, faite ce jour-là de salade variée, riz, poissons frits et crème-dessert. Les menus listés hebdomadairement nous surprennent, compte tenu de leur équilibre nutritionnel. Ils sont visés par un médecin nutritionniste et le chef d’unité, qui veillent à la qualité des aliments servis.

Assistance, opérationnalité et archivages
Agencé en trois grands services: Soutien ; Opération ; Réserve et archives,le Centre du Service National, pour mener à bien sa tâche, compte un certain nombre de bureaux:
Le bureau de soutien : chargé de coordonner les actions entre les sections en vue d’utiliser au mieux la ressource humaine, les deniers, le matériel et l’infrastructure.
Le bureau informatique :chargé d’administrer le réseau local du Centre du Service national, de gérer les équipements informatiques, d’en assurer la maintenance et d’effectuer les opérations de contrôles.
Le bureau sélection et orientation : recense les citoyens ayant atteint 17 ans, examine ceux de 18 ans, statue sur leur état de santé et se prononce sur leurs aptitudes physique et mentale, gère les dossiers des binationaux en particulier ceux concernés par l’accord algéro-français du 11 octobre 1983.
Le bureau ressource : chargé des opérations d’incorporation, d’ajournement, de dispense et de régularisation.
- L’incorporation : à l’âge de 19 ans révolus, les citoyens déclarés aptes au SN sont convoqués par le biais d’ordre d’appel, selon leur niveau scolaire et le grade y afférent et suivant les besoins exprimés par le commandement de l’ANP.
- L’ajournement : les citoyens scolarisés durant l’année en cours peuvent bénéficier d’un sursis pour études jusqu’à la fin de leurs cursus. Ils seront incorporés à l’issue de leur formation.
- La dispense : tout citoyen, présentant un cas social digne d’intérêt, documents à l’appui, peut prétendre à une dispense des obligations du SN. Ces cas sont présentés devant les commissions habilitées pour étude et décision.
- La régularisation : chargée de la gestion des dossiers des citoyens concernés par les mesures de régularisation édictées par le président de la République, chef suprême des forces armées, ministre de la Défense nationale.
*Le bureau fichiers : chargé
- du suivi permanent et rigoureux des mouvements des personnels d’active, contractuels et du contingent, de l’incorporation jusqu’à la radiation ;
- du transfert des dossiers administratifs
- de la gestion des cas contentieux à savoir : les citoyens insoumis ; les dossiers des victimes de la tragédie nationale ; des déserteurs de longue durée ; des citoyens condamnés.
* Le bureau des résidents à l’étranger : a pour mission
- de prendre en charge le recensement de tous les citoyens nationaux résidents à l’étranger ;
- de gérer cette ressource en matière d’ajournement ; de dispense ; d’exemption, de régularisation et d’incorporation ;
- d’exploiter les procès-verbaux des commissions du SN siégeant à l’étranger ;
-et enfin d’établir les cartes de dispense.
Deux bureaux du SN sont implantés au niveau des Secteurs militaires de Tipasa et de Boumerdès.
- Le bureau réserve et mobilisation: a pour mission d’établir les cartes d’exemption et les cartes du service national ; l’exploitation des dossiers des personnels d’active, contractuels et du contingent, radiés et mis dans la réserve pendant 5 ans. Ces derniers restent à la disposition du MDN en cas de mobilisation.
- Le bureau Archive : chargé de répertorier et de codifier les pièces contenues dans les dossiers administratifs selon la nomenclature en vigueur promulguée par structures habilitées du MDN chargées des archives militaires mais aussi de procéder à la saisie des données des dossiers archivés dans des boites adaptées.
 
L. B.



Du même auteur

Par Leila BOUKLI

Les plus lus

L'Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Après l’automobile
Par Yahia MAOUCHI.

La transformation numérique
Par Dr Ali Kahlane,.

Sécurité alimentaire
Par Yahia MAOUCHI.

Saison estivale 2017
Par Farid HOUALI.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF