Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 114 - Juin 2018

Go

L'ANP

Le génie des chefs et la performance des enfants du peuple

Par El-Yazid DIB



Promouvoir les performances de combat au sein de l’armée algérienne est une volonté incessante de cette honorable institution de la République. Elle n’est pas venue du néant. Elle provient de la profondeur des souches sociales. L’armée algérienne n’est pas une entité creuse et dénuée de tout fondement. Jeune, elle plonge ses racines dans la longue histoire du pays.
C’est à la glorieuse révolution de novembre que toute la fibre nationaliste s’est créée afin de mettre le noble sentiment d’indépendance à l’œuvre. Au début de l’engagement, il y avait le peuple. Au recouvrement de l’indépendance, il y avait toujours ce même peuple. Une armée citoyenne. L’ANP est avant tout une institution républicaine, au service du citoyen et proche du citoyen. Elle est restée fidèle à sa réputation émanant de l’armée de libération nationale, force vive composée de toutes les couches populaires.
 Depuis, le monde a rapidement évolué dans un climat de suspicion et de drôles de conflits. Devant un tel paysage hostile, l’action était de mettre en avant pour les défendre les intérêts suprêmes de la nation. Le péril, avec le partage du monde entre les différentes puissances, se trouvait aux portes de chaque pays. La stratégie mondialiste et l’instinct de sauver sa tête ont fait que les puissances internationales, après une guerre froide pas trop tiède, eurent à transposer l’arène des conflits loin de leurs espaces, notamment depuis le 11 Septembre. Le feu, ne brûlera ainsi que dans le giron d’un Moyen et Proche-Orient sous éternelle flamme. La notion du GMO prenait naissance. Le « printemps arabe » dont les résultats sont là a bel et bien ramené « la démocratie » du sang, « les droits de l’homme » de tuer l’homme arabe. Si l’Algérie s’en est sortie indemne pour avoir déjà payé un lourd tribut, les mauvais desseins de parties nihilistes sont toujours de mise.
 L’Algérie, de par son statut géopolitique, les défis militaires et énergétiques ainsi que les multiples enjeux géographiques et démographiques, constitue un axe important pour toutes les résolutions régionales. Elle est devenue, depuis l’indépendance du Sud Soudan, le 9 juillet 2011, le plus vaste pays d’Afrique de par la superficie. Il est le deuxième pays arabe le plus peuplé après l’Égypte et partage ses frontières avec sept pays voisins (Libye, Maroc, république sahraouie, Mauritanie, Mali, Niger et Tunisie). Cette immensité territoriale densifie davantage le rôle de l’armée algérienne à sécuriser l’ensemble du pays. C’est à juste titre, par-devant la réplique des menaces et l’implantation du terrorisme d’Al-Qaïda sur son aile Sud (le Sahel), qu’elle s’est mise dans la permanence d’une vigilance accrue. Objectif fondamental : la défense du pays contre toute atteinte à son intégrité territoriale. L’Algérie, dans un passé récent, lors de la guerre des sables, eut à connaître une situation d’agressivité. Sans la mobilisation de ses énergies alors naissantes, sans l’engagement inébranlable de son armée sur le qui-vive, le pays aurait connu de très sérieux démêlés.
 Toute cette ambiance empreinte de menaces vitales allait augmenter encore l’appréhension de cette dissuasion. C’est incontestablement le conflit libyen entre autres qui allait donner naissance à la prolifération d’entités néfastes et déstabilisatrices. Elles ont eu à s’abattre sur tout le pourtour du Sahel et sur toute l’étendue de la ceinture frontalière séparant de nombreux pays et le nôtre. La présence anarchique d’armes et de moyens de guerre entre les mains de groupuscules s’élève en un véritable danger. Le chaos et le désordre qui frappent encore ces pays forment non seulement pour l’Algérie mais aussi pour les autres pays limitrophes, un risque persistant tant des équipements et des arsenaux de capacité nuisible circulent ouvertement. Ce qui fait garder la vigilance à son niveau maximum quant à l’exercice de cette difficile mission de sécurisation des frontières.
En plus, viennent se greffer à ces missions, celles de la lutte contre le terrorisme, contre l’immigration clandestine, contre la contrebande, le démantèlement des réseaux de soutien au terrorisme et autres. Les éléments de l’armée nationale populaire sont partout. Ils mènent pur la quiétude du pays des actions, des traques farouches et sans relâche, à la recherche du moindre danger. Ils ne sont que les enfants du peuple!
L’armée algérienne n’a pas exporté de guerre hors des frontières nationales. Elle mène un combat imposé sur son propre territoire et ce faisant, elle n’assume que son devoir constitutionnel. Forte de ses cadres, de ses troupes, de son élite et de ses enfants ; elle s’enorgueillit de la discipline de ses hommes et de l’unicité de son commandement. Rien ne se fait d’initiative et toute action relève d’une planification minutée et rigoureuse et s’exécute sur ordre d’une seule autorité. L’« Autorité de gestion sécuritaire» est éventuellement une structure intelligente et pragmatique unique et de haute délibération. Elle s’inspire de ses origines, vaillantes dans les combats successifs et historiques qu’un certain premier novembre avait estampillés pour l’éternité ! L’option (AGS) unique au monde est une algérianité, une théorie patriotique mise en pratique par un homme pétri de courage, de nationalisme et de détermination.
Les tambours sont en constant éveil. Par des relais, par des raccourcis, par des croisements d’intérêts, l’acharnement à faire flétrir la position de l’armée algerienne, entendre celle de l’Algérie entière se poursuit. Aujourd’hui, l’Algérie est consciente que la persistance de l’instabilité régionale et la nature changeante de la menace exigent de mettre à niveau ses forces conventionnelles et de mettre en adéquation leur capacité opérationnelle avec l’usage d’équipements sophistiqués et la conduite des futures missions. Désormais, renforcer la flexibilité, la mobilité et le déploiement rapide lors des opérations de contre-terrorisme ou de protection des frontières, est devenu la principale priorité de la doctrine de défense de l’Algérie. L’« Autorité de gestion sécuritaire » a donc été amenée à faire preuve d’un plus grand pragmatisme dans sa stratégie. Soyez tranquilles, votre armée est là, debout, forte et crainte ! Soyez-en fiers et restez vigilants !

E. Y. D.



Du même auteur

Par El-Yazid DIB

Les plus lus

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF