Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 128 - Avril 2020

Go

L'ANP

Un manuel et des exigences

Formation au sein de l’ANP

Par Farid HOUALI



L’appareil de la formation au sein de l’Armée nationale populaire, constitué de l’Ecole supérieure de guerre de Tamenfoust (Alger), de l’Académie militaire interarmes de Cherchell, d’Ecoles nationales, d’Ecoles supérieures et d’Ecoles d’application ainsi que de Centres d’instruction pour la formation des officiers, sous-officiers et hommes de rang, s'est vu assigner la mission d'ancrer la culture du militaire professionnel, imprégné de l'esprit patriotique et marqué du sens du sacrifice et de l'altruisme. En effet, le professionnalisme dans sa définition la plus profonde est l’un des objectifs fondamentaux contenus dans l’approche de l’ANP dans ce domaine.

Outre la dotation en moyens pédagogiques modernes de l’ensemble des établissements de formation de l’Armée nationale, des réformes ont été introduites dans le système de formation pour prendre en considération les données nouvelles au plan régional, les adaptations liées à l’évolution des technologies et les aspirations de notre société, l’objectif étant d’assurer à nos officiers une formation de qualité où le savoir technique se conjugue avec l’adhésion à des valeurs confortées par le legs civilisationnel.

« Le travail accompli dans le cadre de la modernisation et de la professionnalisation se basant sur la qualité et l’efficacité de la formation traduit toute la volonté des plus hauts responsables à contribuer à l’émergence d’une armée moderne capable d’accomplir ses nobles missions de préservation de l’indépendance du pays et de défense de son intégralité territoriale », estiment les spécialistes. Pour le général-major Saïd Chanegriha, chef d'état-major de l'Armée nationale populaire (ANP) par intérim, qui a présidé, le 15 mars, à l'Ecole nationale préparatoire aux études d'ingéniorat à Rouiba (Alger), une réunion avec les cadres en charge de la formation au sein de l'ANP, « l’objectif majeur escompté est de faire de l’appareil de formation de l’Armée nationale populaire un véritable creuset qui assurera l’amélioration constante des compétences à tous les niveaux et dans l’ensemble des spécialités et qui permettra d’approfondir les connaissances et d’affiner les savoir-faire et les talents, de manière à garantir une adaptation judicieuse aux exigences actuelles et de l’accomplissement des missions attribuées ». Á ce tire, le général-major Saïd Chanegriha a réaffirmé que « tout le monde est appelé à être pleinement conscient de l’importance du message dont il est le porteur dans ce domaine vital qui ne représente pas seulement un moyen pour inculquer les connaissances et les sciences dans leurs diverses branches, mais consacre également et principalement le lien, voire la cohésion, entre les démarches entreprises par le système de formation et celles entreprises dans le cadre de la préparation au combat » insistant sur le fait que « la complémentarité entre ces deux efforts étant évidente, voire impérative ».

En effet, l’adaptation du personnel militaire à son milieu professionnel militaire commence à partir de son milieu scolaire et de formation et se poursuit, assurément, lors de l’exercice de son métier et au cours des programmes de préparation. La préparation des éléments ne peut atteindre le niveau escompté qu’à travers la réussite de leur instruction et de leur formation de base. A ce titre, le chef d’état-major de l’ANP par intérim a émis le vœu de voir, à «l'approche de la fin de l'année scolaire 2019-2020, que le système de formation mette à profit et emploie la riche expérience acquise au fil des années. L'objectif étant de contribuer, d'une part, à l'aboutissement de nos aspirations dans ce domaine important et permettre, d'autre part, de rehausser constamment et efficacement la disponibilité de nos forces armées et d'améliorer leurs aptitudes combatives et opérationnelles, afin de les maintenir au plus haut degré de vigilance et de motivation, et qu'elles puissent être prêtes, à tout moment, à assumer leurs responsabilités et devoirs et s'acquitter de leurs missions constitutionnelles en toutes circonstances».

Le dernier hommage rendu à l'Armée par le président de la République Abdelmadjid Tebboune qui a affirmé, à l'inauguration de la 28e Foire de la production algérienne, que «le secteur des industries militaires en Algérie doit servir de modèle aux opérateurs industriels en matière d'intégration», renseigne à juste titre sur le long chemin de la modernisation parcouru par l’ANP.  Ces efforts sont le fruit de l'engagement de l'Armée dans un processus ayant touché tous les secteurs et compartiments.

Par ailleurs, le général-major a présidé une deuxième réunion à laquelle ont pris part les chefs d’état-major des commandements de forces, les commandants des écoles militaires et les cadres en charge de la formation au sein des commandements de forces, des directions et services centraux, où un exposé exhaustif lui a été présenté par le chef du bureau des enseignements militaires, portant sur la formation au sein de l’Armée nationale populaire. D'autres exposés lui ont également été présentés par les commandants des établissements de formation et des chargés de la formation. Il a, par la suite, « donné des orientations et des recommandations où il a insisté sur la nécessité d’axer les efforts autour de tout ce qui serait à même de contribuer constamment à l’amélioration de la formation et de l’enseignement à l’effet de rehausser le niveau des élèves et des stagiaires et fournir, de ce fait, une ressource humaine compétente, de qualité, professionnelle et à même de s’acquitter des missions qui lui sont dévolues avec toute l’efficacité requise ».

Parallèlement à ces nobles missions, l’Armée nationale populaire a poursuivi son processus de modernisation, conformément aux exigences de développement professionnel du point de vue de la formation et de l'équipement, en faisant le pari de l'excellence et de l'adaptation à la conjoncture et l'évolution de la situation.

Aujourd’hui, tous les spécialistes s’accordent à dire que « l’Algérie a réussi à mettre en place une véritable armée professionnelle, avec la consolidation de sa stratégie d’acquisition de technologies militaires nouvelles et de modernisation d’anciens équipements ».

Depuis 2006, le site mondial Global Fire Power (GFP) classe les armées de 137 pays à travers le monde en fonction des différentes armes, y compris les avions, les chars et les navires. Outre ces paramètres, le classement du site américain est basé sur des dizaines d’autres variables, telles que le personnel, le budget, le secteur de la sécurité, les capacités logistiques, la géographie, etc.

C’est donc en toute connaissance de cause, et selon des données paramétrées, que le GFP 2019 classe l’Armée nationale populaire algérienne (ANP) à la 27e place mondiale. En 2006, elle était à la 55e place, c’est dire le bond qualitatif et quantitatif effectué en l’espace de 13 années.

L’Algérie reste la première puissance militaire du Maghreb. En effet, le Maroc, la Libye et la Tunisie sont respectivement classées aux 60e, 77e et 80e rangs mondiaux, alors qu’ils occupaient les 55e, 74e et 77e places en 2018.

 

 



Du même auteur

Par Farid HOUALI

Les plus lus

L’Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

L ‘accès à la justice constitutionnelle algérienne (1re partie)
Par Kamel Feniche, président du Conseil constitutionnel .

Télécharger version PDF

Version PDF