Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 115 - Août 2018

Go

DGSN

Les policiers font don de leur sang

Journée nationale des donneurs de sang

Par Yahia MAOUCHI



En sus de ses missions régaliennes, consistant en la sécurité des biens et des personnes, la préservation de la santé publique, de la sérénité publique et de l’environnement, la Sûreté nationale ne néglige pas ses missions humanitaires qui consistent à prêter assistance aux citoyens lors des crises. A son grand honneur. Ce qui renforce sa proximité sa réputation et son image de marque vis-à-vis du citoyen. Parmi les nobles missions humanitaires dont la Direction générale de la Sûreté nationale s’acquitte convenablement, celle relative à la collecte de sang donne tout son sens au concept de citoyenneté pleine et entière. Dans ce contexte, le général-major Abdelghani Hamel, directeur général de la Sûreté nationale, a donné, récemment, au niveau de l’hôpital central de la Sûreté nationale (les Glycines), le coup d’envoi de la troisième phase de la campagne de collecte de sang dans les rangs de la Sûreté nationale. En plus de renforcer l’action humanitaire et de proximité, cette campagne a pour objectif d’aider les patients dans le besoin de sang, notamment les victimes des accidents de la route.
Saluant cette initiative humanitaire reflétant une des meilleures images de la solidarité nationale, le général-major Abdelghani Hamel a souligné, en marge d’un point de presse, l’importance de cette opération humanitaire, tout en précisant que « depuis le début de l’opération de don de sang, la direction générale de la Sûreté nationale a récolté 75 000 poches de sang. Et nous sommes fiers de dire que c’est une culture chez le policier de façon générale, car il sauve la vie de l’enfant, de la mère, de son collègue touché durant le service, en lutte contre le crime ». La campagne qui est entrée dans sa dixième année se poursuivra à travers des opérations similaires en décembre, avril, et juin.
Par ailleurs, pour faire aboutir l’opération étalée  sur trois jours au niveau des services de police et à travers l’ensemble du territoire national, la direction générale de la Sûreté nationale a déployé, en collaboration avec les instances compétentes, tous les moyens matériels et humains nécessaires, dont une équipe médicale pluridisciplinaire, des ambulances et des centres de transfusion sanguine conformes aux normes en vigueur. Il est à souligner que ladite campagne, qui s’est déroulée en présence de la Fédération algérienne des donneurs de sang (FADS) et de l’Agence nationale du sang (ANS) s’inscrit dans le cadre du Plan national annuel de don de sang dans le milieu de la police pour renforcer l’action de proximité, améliorer la prise en charge des malades et sauver des vies humaines. A cette occasion, Kaddour Gharbi, président de la FADS, a appelé les autres institutions publiques à suivre l’exemple de la DGSN, afin d’encourager le citoyen à se diriger vers les centres de don de sang. « Le policier ne se contente pas seulement de faire régner la loi mais fait également don de son sang pour soulager les malades », affirme Kaddour Gharbi, tout en soulignant l’importance de renforcer et de promouvoir cette initiative humanitaire devenue désormais une tradition à la DGSN, car affirme-t-il «  le sang nous unit, partageons-le ».

Pour une culture du don de sang
Avec cette nouvelle campagne pour le don de sang, la DGSN souhaite que cette action humanitaire et solidaire soit ancrée dans les rangs des éléments de la sûreté nationale au profit des nombreux patients qui ont besoin de transfusion sanguine.
Pour rappel, la journée nationale des donneurs de sang a pour objectif principal d’informer, de sensibiliser et de convaincre les citoyens de l’utilité et de la nécessité du don de sang, car selon Samir Houma, représentant de l’Agence nationale du sang (ANS), qui s’est félicité de  l’initiative humanitaire qu’organise la DGSN trois fois par an,« seul les don de sang volontaire, régulier et bénévole peut garantir un approvisionnement suffisant, fiable et sécurisé en sang et en produits sanguins ». Il est à souligner que les campagnes de don de sang en Algérie ont trouvé un large écho dans les rangs de la DGSN, et des citoyens qui ont permis au pays d’atteindre les objectifs fixés par l’Organisation mondiale de la santé (13,6 dons pour mille habitants). Ainsi, en y prenant activement part, les éléments de la Sûreté nationale participent, en fait, à sauver des vies, à améliorer la santé et le bien-être de leurs concitoyens, mais également à inculquer la culture du don de sang et de la solidarité active, en donnant l’exemple. Il convient de rappeler que ladite opération, qui s’inscrit en prolongement de la première et la deuxième phase, organisées respectivement du 28 au 30 mars, à l’occasion de la célébration de la Journée maghrébine du don de sang, et du 8 au 10 juillet, à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale du don de sang, avait connu un grand afflux des éléments de la police, voulant donner leur sang en faveur des malades hospitalisés. En somme, cette louable initiative vient en continuité des instructions du général-major Abdelghani Hamel, qui ne cesse d’insister sur le renforcement de l’action de proximité entre la police et les autres catégories de la société, en concrétisation un esprit de solidarité et de responsabilité envers le citoyen et de l’action humanitaire, pour sauver des vies humaines. En fait, le don de sang est un acte volontaire, moral et humanitaire que les éléments de la police accomplissent volontairement. Enfin, cette initiative humanitaire a été également l’occasion d’échanges et de récompenses honorifiques.


Y. M.



Du même auteur

Par Yahia MAOUCHI

Les plus lus

L’Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Libertés démocratiques
Par Farid HOUALI.

Alger ville intelligente
Par Farid HOUALI.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Wilaya De Annaba

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF