Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 114 - Juin 2018

Go

Habitat

Plus de 12400 logements en cours de réalisation

Plus de 12400 logements en cours de réalisation

Par Yahia MAOUCHI



L’Office de promotion et de gestion immobilière (OPGI) de Dar El-Beida a grandement contribué aux efforts menés par l’Algérie en matière de développement durable et de réduction des inégalités sociales. Comme en atteste le plan de charge social de l’OPGI de Dar El-Beida estimé actuellement à 12403 logements, tous segments confondus. Le programme public locatif (social) totalise actuellement, à lui seul, un plan de charge de 8107 logements sur lequel 3705 unités devraient être livrées à la fin de l’année 2018. « Depuis l’année 2000, un total de 33084 logements ont été inscrits dans le cadre des différents programmes de son excellence le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, à l’indicatif de notre office. Sur ce chiffre, l’OPGI a réalisé jusqu’à présent près de 24000 unités » affirme dans une déclaration à El Djazaïr.com, Mohamed Smail, directeur de l’OPGI de Dar El-Beida. À la tête de cet office depuis 2016, notre DG s’attellera à poursuivre le travail de son prédécesseur, nous dit-il : éradiquer les quelques poches restantes de bidonvilles d’Alger et achever complètement le programme du président de la République. Concernant le logement social participatif, l’OPGI de Dar El Beida a été chargée de la réalisation d’un ensemble de projets totalisant 1812 logements dans le cadre du plan quinquennal 2004-2009 et 6014 logements dans le cadre de la tranche annuelle 2014 (régularisation). Sur l’ensemble de ces deux programmes, 4764 logements ont été achevés, livrés et occupés par leurs bénéficiaires. Alors que 1704 logements en cours de réalisation et 1358 logements à relancer « après avoir levé un certain nombre de contraintes ayant causé l’arrêt des projets durant plusieurs années », précise notre interlocuteur. Pour ce qui est du programme promotionnel, l’office de Dar El Beida a réalisé depuis sa création un programme de 3832 unités, dont 3784 achevées, livrées et cédées, et 48 logements en cours de réalisation. « En outre, deux projets totalisant un nombre de 552 logements ont été initiés pour le compte du ministère de la Défense nationale. Sur ce programme 136 unités sont à l’arrêt pour un problème d’ordre technique », rappelle M. Smail. Par ailleurs, et sur décision du wali d’Alger, le programme APC/CNEP entamé vers la fin des années quatre-vingt et qui a connu plusieurs contraintes en matière de réalisation et de financement, a fait l’objet d’un transfert aux trois OPGI d’Alger. En ce qui concerne l’office de Dar El Beida, celui-ci est concerné par le transfert de 16 cités totalisant 2550 logements qui ont été recensés par les services de l’office. « Sur ce nombre, 2110 unités sont déjà occupées et feront l’objet de régularisation par des contrats de location, puis par des actes de propriété dans le cadre du dispositif de cession prévue par les décrets 03-269 et 16-310. Le reste, soit 440 logements, dont les projets sont à l’arrêt depuis plus d’une décennie, fera l’objet de démolition et de reprise (selon les normes de construction actuelles) en logement promotionnel libre », affirme M. Smail. « Un patrimoine qu’il nous faut entretenir en aidant les occupants à sauvegarder leur cadre de vie », souligne le DG. Pour ce faire, 13 agences avec 27 régies implantées sur tout le territoire de la wilaya s’occupent de la gestion de proximité en matière d’entretien, de recouvrement et de charges ainsi que de la préservation des lieux. Par ailleurs, il est à savoir que l’OPGI de Dar El Beida a procédé le mois passé au relogement de 1400 familles au niveau de Douera et de 780 familles à Djenane Sfari en plus de 1602 logements. (Gué-de-Constantine). Pour le site de Baba Hassen (600 logements LPL), les travaux sont achevés à 100%, et les VRD à 70%. Sa réception est prévue pour la fin de l’année en cours. Un autre projet de 1 600 logements a également été inscrit début 2015 à Birtouta avec un taux d’avancement des travaux avoisinant, aujourd’hui, les 90%, contre 40% pour les VRD. Ce grand projet sera livré avant la fin de l’année en cours. Pour le reste des programmes, les travaux vont bon train. En outre, avec l’achèvement de la deuxième étape de la 23e opération de relogement dans la wilaya d’Alger, quelque 44.000 familles auront été relogées depuis le lancement de l’opération en juin 2014.

Réhabilitation et amélioration du cadre de vie dans les cités
Pour un meilleur cadre de vie, les cités dortoirs d’antan seront remodelées en cités intégrées, humanisées avec des équipements d’accompagnement socio-éducatifs, sanitaires, sécuritaires, commerciaux, des aires de jeux. La parabole collective remplace l’individuelle qui défigurait les façades. Ainsi, un programme de réhabilitation et d’amélioration du cadre de vie à l’intérieur des cités, encadré par la wilaya d’Alger et dont la réalisation est confiée à plusieurs entreprises algériennes, est actuellement en cours. Son financement est assuré par un montage dont une partie sur les fonds propres de l’office et une autre partie sur le fonds de réhabilitation de la wilaya. Ce programme dont les travaux sont suivis par le département de la gestion et de la maintenance du patrimoine de l’office porte sur un ensemble de 14630 logements actuellement en cours de réalisation. Ils concernent notamment la réfection de l’étanchéité des terrasses, le démantèlement des paraboles individuelles et leur remplacement par une parabole collective, le traitement des façades et des parties communes notamment les halls d’entrée et les cages d’escaliers, la réparation des ascenseurs, etc. Par ailleurs, M. Smail nous fera remarquer qu’en matière de recouvrement des loyers auprès des locataires, le taux dépasse les 62% à Dar El Beida. Une partie de ces recouvrements (loyers et charges) est réservée à l’entretien des sites (caves, descentes d’eaux fluviales et usées, travaux d’étanchéité, façades, parties communes y compris escaliers et espaces verts). « Chaque année, l’office dégage des montants importants pour la maintenance des sites. Pour l’exercice 2018, plus d’une dizaine de sites sont programmés. Sur certains les travaux ont démarré », indique M.Smail. Dans les nouveaux projets, la minuterie est alimentée à l’énergie solaire, en plus de la mise en place de parabole collective et en perspective la réutilisation des eaux usées pour l’arrosage des espaces verts. Idem pour la connexion ADSL. Il n’est plus question d’une toile d’araignée pour ce faire.

Utilisation des matériaux locaux
De plus, les matériaux utilisés sont locaux et de premier choix. Ainsi, pour encourager la production nationale, en matière de matériaux de construction et créer ainsi de la richesse et de l’emploi, le ministère de l’Habitat, avait donné fin 2014, instruction aux promoteurs des projets y compris les OPGI, financés totalement ou partiellement par le Trésor public, de privilégier l’utilisation de matériaux locaux. Jusqu’à un passé récent, la quantité de logements primait la qualité des bâtis, depuis un grand effort a été accompli dans la finition de ces logements sociaux notamment. Le tout en privilégiant l’utilisation de matériaux locaux, soulignera, Mohamed Smail, dont l’objectif prioritaire est d’achever tous les programmes des différents segments en cours de réalisation, et de lancer, au plus vite les autres. Depuis quelques années déjà, l’OPGI a réalisé pas moins d’une vingtaine de sites ayant servi en grande partie au recasement des populations des bidonvilles, des familles occupant des terrasses et des caves de même que des cas de cohabitation. « Notre devoir est d’intervenir rapidement en cas de besoin du citoyen. Une unité de maintenance est sur place, plus un chef de département de la gestion immobilière, ainsi que des unités de maintenance installées au niveau du site afin d’assurer la rapidité d’intervention », affirme M. Smail.

Plus de 28100 logements cédés
Notre interlocuteur rappelle aussi que l’opération de cession des biens de l’Etat est confiée depuis le mois de septembre 2015 aux OPGI. « Notre OPGI a procédé à la cession de 28100 logements dans le cadre des différentes lois relatives à la cession des biens de l’Etat », tient à préciser M. Smail. Une opération, initialement confiée aux daïras, avant qu’elle ne soit transférée par décision du Premier ministre aux OPGI, et cela afin de faciliter l’acquisition de biens immobiliers appartenant à l’Etat. C’est ainsi qu’après récupération des dossiers auprès des daïras et l’installation des commissions sur décision du ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, les dossiers des citoyens intéressés ont commencé à être traités. Désormais, le citoyen souhaitant acquérir son logement peut adresser directement une demande manuscrite à l’OPGI qui fera, entre autres, une évaluation de principe du logement, avant de transmettre le dossier aux services des domaines, pour une évaluation définitive. S’il répond aux critères, l’accord est donné sur place. Il a le choix de payer le prix du logement en une tranche en bénéficiant pour cette formule d’une réduction de 10% ou bien d’échelonner les versements dans un délai n’excédant pas 20 ans en versant un apport initial de 5% du prix exigé. « Dans les citées et les habitats intégrés, nous avons 57 équipements qui sont actuellement, en maitrise d’ouvrage déléguée », indique le responsable, qui rappelle qu’en plus de la réalisation des programmes, l’OPGI de Dar El-Beida est chargé de gérer ce patrimoine immobilier qu’il réalise en tant que gestionnaire pour compte de l’Etat, soit qu’il participe au même titre que les autres copropriétaires à sa préservation dans le cadre du dispositif réglementaire régissant la copropriété.
 
 Y. M.



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Par Yahia MAOUCHI

Les plus lus

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF