Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 126 - Jan 2020

Go

A la une

Le général de corps d’armée Ahmed Gaïd Salah enterré au carré des Martyrs

Le dernier baroud d’honneur

Par Yahia MAOUCHI



Le défunt moudjahid général de corps d’Armée Ahmed Gaïd Salah, qui a voué toute sa vie à la défense de la souveraineté et de l’indépendance de l’Algérie, a eu droit, ce mercredi 25 décembre, à de funérailles dignes d’un chef d’État. Dès les premières heures de la matinée, une foule immense d’hommes et de femmes s’est rassemblée aux alentours du Palais du peuple et du cimetière d’El Alia, certains venus de l’intérieur du pays. Il s’agit d’un hommage appuyé à un homme qui avait toujours réitéré son engagement pour que l’ANP demeure, conformément à ses missions, le rempart du peuple et de la nation dans toutes les conditions et les circonstances. Rappelons que la dépouille du général de corps d’armée Ahmed Gaïd Salah, drapée de l’emblème national et portée par des officiers de l’Armée nationale populaire, est arrivée tôt le matin au Palais du peuple pour qu’un dernier hommage lui soit rendu avant son inhumation, après la prière du Dohr au carré des martyrs du cimetière d’El Alia. Le cercueil a d’abord été accueilli par le général Saïd Chengriha, qui assure l’intérim du chef d’état-major depuis son décès, accompagné d’autres responsables militaires. Entré en fonction il y a moins d’une semaine, le nouveau président de la République Abdelmadjid Tebboune, qui a eu du mal à contenir son émotion, s’est recueilli devant le cercueil avant de présenter ses condoléances aux proches du défunt. Sur le cercueil, entouré de quatre officiers de différents corps d’armée, reposait sur un coussin le collier de « Sadr » dans l’Ordre national du mérite, une dignité à laquelle l’avait élevé le Président Tebboune, lors de son investiture le 19 décembre, dernière apparition publique de  Ahmed Gaïd Salah. L’ancien chef de l’État par intérim, Abdelkader Bensalah, était lui aussi présent. De hauts responsables de l’Etat et de l’Armée, les représentants du corps diplomatique accrédité à Alger, ainsi que les membres de sa famille, se sont également recueillis devant la dépouille du défunt. Des citoyens sont ensuite entrés par petits groupes pour se recueillir tour à tour très brièvement devant le cercueil, avant son départ pour le cimetière. Des « Allah Akbar » et des youyous ont salué le départ du cortège funèbre, ouvert par un camion sur le plateau duquel ont pris place plusieurs officiers en uniforme de cérémonie et encadré par de nombreux motards de la police. Le char funéraire, transportant la dépouille mortelle du défunt, a entamé son itinéraire, remontant la place Addis-Abeba, passant par la place du 1er-Mai, pour finalement emprunter l’avenue de l’ALN et rejoindre ensuite le cimetière d’El Alia.

 

L’adieu du peuple au chef d’état-major de l’ANP

Par ailleurs, les milliers de citoyens, hommes et femmes, jeunes et moins jeunes, qui se sont recueillis à la mémoire du défunt, ont tenu à l’accompagner jusqu’à sa dernière demeure en suivant le cortège funèbre jusqu’à El Alia, en reconnaissance de son dévouement et de ses sacrifices pour l’Algérie. Drapée de l’emblème national et entourée de gerbes de fleurs, la dépouille de Gaïd Salah a été transportée sur un véhicule militaire. Des citoyens, hommes et femmes, jeunes et moins jeunes, résidant à Alger ou venus d’autres wilayas, se sont massés tôt le matin le long des artères que le cortège devait emprunter, exprimant leur deuil et leur profonde tristesse. En arrivant à la place du 1er Mai, le cortège s’est complètement immobilisé à hauteur de la trémie où des centaines de citoyens voulaient se rapprocher du véhicule militaire transportant la dépouille. « Djeich chaâb khaoua khaoua Gaïd Salah maâ chouhada (l’Armée et le Peuple sont frères, Gaïd Salah parmi les martyrs de la Révolution) », « Gaid Salah, héros de la Nation » et « Allah Akbar (Dieu est Grand) », criaient les citoyens tout au long du passage du cortège funèbre pour exprimer leur gratitude à celui qui s’est sacrifié pour préserver la stabilité du pays dans une conjoncture sensible et décisive de son Histoire. Ainsi, des milliers d’Algériens se sont rassemblés le long du parcours, certains accompagnant à pied le convoi et rejoignant une foule impressionnante rassemblée aux portes du cimetière d’El Alia. Il faut dire que l’émotion qu’a suscitée son décès au sein de la population a été grande. Les citoyens des quatre coins du territoire national ont manifesté leur tristesse et leur sympathie à la famille du défunt, mais également à l’institution militaire. Dans les wilayas oùun livre de condoléances a été ouvert à l’intention des citoyens, ces derniers étaient nombreux à se rendre aux sièges des Régions militaires pour présenter leurs condoléances aux camarades du défunt. L’élan de sympathie qui a pris des allures très importantes, a même été constaté à la Foire de la production nationale qui se tient à la Safex où des visiteurs étaient venus spontanément présenter leurs sincères condoléances aux militaires présents dans les stands des entreprises rattachées à l’Armée nationale populaire. Les hommages et les adieux de simples citoyens, comme de responsables politiques, relayés par les chaînes de télévision, ou sur les réseaux sociaux, témoignent d’une gratitude certaine envers le défunt général de corps d’armée, décédé en remplissant son devoir national, dans une conjoncture des plus complexes qu’a connue le pays.

 

L’Algérie perd l’un de ses hommes les plus dévoués

Le cortège funèbre transportant la dépouille d’Ahmed Gaïd Salah est arrivé, à 13h 30 au cimetière d’Al Alia, parmi une marée humaine. S’il est difficile de mettre un chiffre sur le nombre des citoyens venus accompagner le défunt, il reste que les environs du cimetière étaient noirs de monde, sur des kilomètres de l’entrée du cimetière, à tel point que le véhicule funèbre se frayait très difficilement un chemin d’accès à l’intérieur de l’enceinte où la dépouille du chef d’Etat-major de l’ANP, sera mise sous terre au carré des martyrs. Mais avant la mise en terre de la dépouille mortelle d’Ahmed Gaïd Salah au carré des martyrs au cimetière d’El Alia et après la récitation de la Fatiha, le Directeur de la communication et de l’orientation au ministère de la Défense nationale (MDN), le général-major Boualem Madi, a prononcé l’oraison funèbre, mettant en avant les qualités humaines et militaires de son défunt compagnon ainsi que son parcours professionnel. «L’Algérie qui a amorcé une nouvelle ère de sérénité après une longue épreuve, a perdu l’un de ses hommes les plus dévoués, un nationaliste patriote qui a voué sa vie à son service. L’Algérie perd un fils aimant qui n’a eu de cesse de porter sur ses épaules ses problèmes et ses difficultés sans jamais se plaindre ou faiblir face aux turbulences ». Et d’ajouter: « Il a toujours été un exemple et un modèle de résistante, de persévérance et de détermination, ne manquant jamais à ses devoirs envers la nation, notamment en temps de crise et lors des épreuves. Il a, ainsi, honoré ses engagements en préservant le sang des Algériens et en menant l’Algérie à bon port ». « Aujourd’hui, l’Algérie fait ses adieux à l’un de ses dévoués héros, qui n’ont pas hésité à offrir leur vie pour que l’Algérie recouvre sa souveraineté et son indépendance et demeure debout pour l’éternité, l’un de ses héros qui ont répondu à l’appel de la patrie, dès leur jeunesse », a encore dit le général-major Boualem Madi. « Le défunt de l’Algérie est resté fidèle à cette voie et n’a nullement varié dans ses convictions, il a servi sa patrie avec sincérité et Allah l’a rétribué du meilleur accompagnement à sa dernière demeure », a-t-il ajouté. « Allah lui avait accordé l’âge suffisant pour lui permettre de s’acquitter pleinement du serment fait aux vaillants chouhada de voir le nouvel Etat algérien et d’être le témoin de la remise du flambeau au président de la République, Abdelmadjid Tebboune ». S’adressant au défunt qu’il a qualifié de «modèle», le général-major Boualem Madi a déclaré : « Tout ce que vous avez construit et tout ce que vous avez fait pour ce cher pays ne sera pas vain, il sera préservé par vos braves fils à travers tout le territoire national, ceux qui ont appris de vous le sens du dévouement et de la vénération de la patrie, ainsi que le don de soi et l’abnégation au service de l’ANP et de l’essor et l’unité de l’Algérie ». Il a réitéré, à ce propos, l’engagement des éléments de l’ANP à « demeurer des lions protecteurs de la patrie contre les convoitises en s’inspirant des hautes valeurs que vous avez veillé à inculquer et à transmettre, les valeurs de Novembre et de notre Glorieuse révolution en tant que repère de fidélité au serment fait à nos valeureux chouhada et moudjahidine et en tant que source de force pour nous guider sans jamais dévier quelles que soient les circonstances et quel que soit le prix ». « Nous somme résolument déterminés à aller de l’avant sur la voie des sacrifices à la patrie et nous nous engageons à veiller, comme à la prunelle des yeux, à la sécurité et à la stabilité de l’Algérie », a-t-il promis. Enfin, le général-major Boualem Madi a indiqué dans son oraison funèbre que « le peuple algérien pleure en le défunt l’homme généreux et sincère qui a tenu sa promesse et honoré ses engagements d’accompagner les aspirations de la nation à l’édification d’une Algérie nouvelle, forte, unie, unifiée et prospère telle que rêvée par les chouhada et les moudjahidine ». À la fin des obsèques, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a remis l’emblème national qui couvrait le cercueil à l’un des fils du regretté Ahmed Gaïd Salah. Enfin, c’est en glorieux chef militaire que le chef d’état-major aura tiré sa révérence, après avoir accompli l’une des plus importantes missions de sa carrière, après sa participation à la libération du pays.

 

Y. M.



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Par Yahia MAOUCHI

Les plus lus

L’Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Les règles de l’immigration légale
Par maître Serge Pautot, .

Sider El Hadjar
Par Yahia MAOUCHI .

Télécharger version PDF

Version PDF