Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 126 - Jan 2020

Go

A la une

Le Président Abdelmadjid Tebboune

Le défi de réconcilier l’Algérie

Par Anis LABDAOUI



Fraichement élu par les Algériens président de la République algérienne démocratique et populaire, Abdelmadjid Tebboune est nanti d’une riche carrière professionnelle, au service de son pays, pleine et gorgée d’effets probants. Ses touches personnelles dans ses anciennes fonctions de chef de daïra, de Secrétaire général de wilaya, de wali, de ministre, et de Premier ministre confirment  tout le bien que l’on pense de lui, et le distinguent pour être l’homme qu’il faut à la place qu’il faut. D’emblée, le Président Tebboune aura à répondre à deux  urgences :  dialoguer avec le Hirak, et s’engager dans les chantiers des institutions

Convaincu que le Hirak a permis l’émergence de plusieurs mécanismes, le Président Tebboune a tendu la main  afin d’amorcer un dialogue sérieux au service de l’Algérie et seulement l’Algérie. Abdelmadjid Tebboune paraît plus pressé que les autres de se lancer dans les réformes pour pouvoir instaurer une Nouvelle République qui tranche radicalement avec l’ancien système politique du pays. Pour ce faire, plusieurs chantiers vont être ouverts à la fois, et dans les plus brefs délais.

 

Le chantier des institutions

En réclamant le rétablissement de la confiance du peuple et les institutions de l’Etat, le locataire d’El Mouradia plaide pour un changement conséquent et radical de mode de gouvernance qui sera opéré en faveur d’une plus grande justice sociale. La situation politique actuelle devant être dépassée pour ouvrir la voie aux nouveaux chantiers, la révision de la Constitution constituerait de ce fait la pierre angulaire et le socle qui répondra aux aspirations d’un nouveau mode de gouvernance.

Dans ce contexte, le Président Tebboune a affirmé à maintes reprises notamment lors de son discours d’investiture sa volonté d’amender en profondeur la Constitution par référendum afin de « répondre aux revendications du Hirak ». « Les principes de séparation des pouvoirs et des restrictions du pouvoir présidentiel seront à l’ordre du jour afin d’éviter toute dérive à l’avenir », équivaut selon ce qu’il a révélé «de sortir de l’hyper présidence, et plaider pour un plus grand équilibre entre les pouvoirs »

Dans le même registre, le Président s’est engagé à revoir la loi électorale qui sera également modifiée pour « donner la chance aux jeunes et lutter contre le phénomène de l’utilisation de l’argent pour influer sur le processus électoral.»

 

Le front économique

Se projetant dans les courts délais, le Président Abdelmadjid Tebboune a réitéré l’ensemble de ses engagements faits lors de la campagne électorale en direction des acteurs de la sphère économique nationale tout en réaffirmant son « attachement à la redynamisation et au renforcement de l’économie nationale» à travers les chantiers et projets qu’il compte lancer

Dans ce sens, il a d’ailleurs lancé un appel franc et sincère, lors de son discours, aux hommes d’affaires et aux chefs d’entreprises «à investir avec force» pour développer et diversifier l’économie, les assurant de son «plein soutien». La relance économique prônée désormais par le nouveau président de la République s’appuie aussi sur le «lancement de grands projets et infrastructures de base, en sus de l’encouragement de l’investissement productif, de la diversification du tissu industriel à travers la promotion des petites et moyennes entreprises (PME) et de l’activité économique créatrice de postes d’emploi».

De la parole au geste, le président de la République n’a pas manqué l’occasion lors de sa première sortie officielle au niveau de la Foire de la production nationale pour réaffirmer ses ambitions et ses objectifs. « On n’entre pas dans l’industrialisation par effraction, il n’y a pas de miracle dans l’industrie. S’il y a une industrie, c’est pour dire qu’il faudrait se tourner vers une industrie productive, il faut qu’elle apporte une plus-value au pays et créer des emplois. L’industrie de montage n’a rien donné, c’est de l’importation déguisée », a t-il insisté, préconisant de « réviser les procédés d’importation et traiter certaines pratiques immorales entachant cette opération ».

 

Du gagnant-gagnant

 « Dites-moi ce dont vous avez besoin pour créer plus d’emplois, je suis là. Vous avez travaillé, investi, ce n’est guère gênant, disons les vérités en face, c’est légitime, c’est donnant donnant. L’Etat vous octroie les assiettes foncières et vous créez des emplois. Notre objectif c’est de redémarrer la machine et de générer des emplois pour les jeunes et les moins jeunes. On travaillera davantage pour réduire le chômage et cela va se faire avec des gens comme vous qui ont déjà donné la preuve sur le terrain. Je suis avec vous », a renouvelé le Président aux opérateurs économiques.

 « On a appris à acheter mais pas à vendre, on a appris à importer mais pas à exporter. Cela doit changer, on ne peut pas continuer comme ça, », a-t-il conclu.

L’amélioration des conditions de vie des citoyens constitue également un chantier urgent à ouvrir. Le président de la République a affirmé à ce sujet que «l’État œuvrera sans relâche à la promotion de la qualité de vie du citoyen et à soutenir son pouvoir d’achat notamment la classe moyenne et les catégories précaires», a-t-il estimé,

Une promesse qui constitue l’un des 54 engagements pris devant le peuple algérien et qu’il a promis de réaliser lors de son mandat présidentiel. Son soutien aux classes moyenne et défavorisée passe également par le droit au logement, a-t-il laissé entendre.

Le soutien de l’État aux sports est également évoqué par le Président de la République, qui a souligné la «nécessaire assistance matérielle aux sportifs pour leur bonne préparation», mais également à travers l’aide des équipes professionnelles. Une certitude, les Algériens espèrent que le nouveau président remettra le pays sur les rails de la paix, ce qui est le plus grand défi.

A. L.

 



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Par Anis LABDAOUI

Les plus lus

L’Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Les règles de l’immigration légale
Par maître Serge Pautot, .

Sider El Hadjar
Par Yahia MAOUCHI .

Télécharger version PDF

Version PDF