Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 114 - Juin 2018

Go

A la une

Congrès mondial sur la sécurité des frontières

Le général-major Abdelghani Hamel prône une approche sécuritaire globale

Par Salim HOURA



L’accélération de la mondialisation au lendemain de la Guerre froide, ainsi que les multiples conséquences des attaques terroristes du 11 septembre 2001 ont eu un profond impact sur les frontières. Celles-ci peuvent être de nature empirique telles que les frontières d’Etat, de régions, de sécurité, de « glocalités » représentées à travers cartes géographiques et pratiques organisationnelles, mais aussi de nature conceptuelle, telles que les distinctions sociales, culturelles, économiques, religieuses, ethniques, sexuelles et linguistiques qui catégorisent et divisent les populations humaines à travers politiques identitaires et gestion biopolitique. Or dans un monde de plus en plus globalisé, il n’a jamais été aussi facile pour les personnes et les marchandises de franchir les frontières. Il en va de même pour les malfaiteurs. Des jeunes hommes et des jeunes femmes se rendent dans les zones de conflit pour y rejoindre des groupes terroristes, tandis que des délinquants pédosexuels vont exploiter des victimes dans d’autres pays que le leur. Les trafiquants tirent parti de ces mouvements transfrontaliers croissants pour dissimuler leurs chargements de marchandises illicites et de migrants prêts à tout. Or la sécurité effective des frontières est un aspect essentiel de la lutte contre la criminalité transnationale. Dans ce contexte, le général-major Abdelghani Hamel, directeur général de la Sûreté nationale, président d’Afripol (Mécanisme africain de coopération policière) a estimé que les défis sécuritaires liés à la lutte contre le terrorisme, la gestion des flux migratoires et la lutte contre les réseaux du trafic de drogue nécessitent la mise en œuvre d’une approche sécuritaire globale et cohérente sur la sécurité des frontières en vue de lutter contre toutes les formes d’extrémisme et de crime organisé. Une approche s’appuyant non seulement sur la dimension sécuritaire, mais aussi sur le respect des droits de l’Homme.  Intervenant aux travaux du congrès mondial sur la sécurité des frontières tenue à Madrid (Espagne) axé sur les problématiques liées à la sécurité aux frontière, la lutte contre les réseaux de criminalité transfrontalière liés au trafic des êtres humains et au trafic de drogue et la lutte contre le terrorisme international, le général-major Abdelghani Hamel a exposé les principales mesures et étapes effectuées par la police algérienne, qui parraine l’initiative de création de ce mécanisme africain qui permet entre autres de coordonner les efforts des polices du continent selon une approche sécuritaire régionale et en intégrant des solutions technologiques susceptibles de garantir la sécurisation totale des frontières. D’ailleurs, le président d’Afripol a estimé que cet événement (Congrès mondial sur la sécurité des frontières donne une valeur ajoutée aux différents efforts qui visent à améliorer la coopération entre les institutions sécuritaires et les partenaires des secteurs privés et publics spécialisés dans les technologies de pointe et également de trouver des solutions efficaces qui garantissent une meilleure maîtrise de la gestion des frontières.

Gestion et surveillance des frontières
Valorisant l’important rôle assigné aux organisations sécuritaires internationales, telle Afripol, dans leur lutte contre la propagation des crimes en relation avec les frontières, le commerce illicite de drogues et des armes à feux, la radicalisation, la cybercriminalité et enfin la contrebande, le général-major Abdelghani Hamel a rappelé les priorités du plan de travail d’Afripol pour les deux années de 2017 à 2019, concordant avec les objectifs de l’Union africaine, visant entre autres à lutter et à prévenir tous les formes de crimes transnationaux, dont l’émigration clandestine, la cybercriminalité et le crime organisé. Ceci ne peut être efficace qu’à travers une étroite coordination avec les partenaires internationaux dans la contribution dans la bonne gouvernance des frontières et les questions d’intérêt commun. D’autant que la région de l’Afrique du Nord et l’espace Sahélo-saharien, au même titre que le bassin méditerranéen, sont confrontés aujourd’hui à des défis très complexes liés à des enjeux géostratégiques et des problématiques socio-économiques qui dépassent les frontières des États et leurs potentialités. Cet état des lieux contribue à accentuer les tensions politiques, l’alimentation du terrorisme et le crime organisé dans ses différentes formes. La conjugaison de tous ces facteurs fragilise la région et fait d’elle un terreau favorable au pullulement des réseaux des groupes terroristes qui se basent dans le financement de leur activité sur les ressources financières liées au commerce illégal des armes, de la drogue et à la traite des êtres humains. Partant de ce constat, il est clair que la sécurité des frontières est tributaire du renforcement des relations avec les États voisins ainsi que les partenaires régionaux et internationaux du fait que la sécurisation des frontières nécessite une coordination efficace entre les différentes institutions sécuritaires et les pays voisins. Aussi, il est impératif que les différents États harmonisent leurs législations et renforcent l’échange des informations et la coordination en matière de gestion et de surveillance des frontières afin de faire face aux nouveaux défis liés au renforcement des groupes terroristes et des réseaux criminels dont la mobilité transgresse les frontières. D’autant que le « Plan d’action de Tripoli » adopté en 2012 insiste sur la nécessité d’échanger et de travailler en équipe au niveau régional.

L’excellence des rapports de coopération algéro-espagnole
Mettant à profit sa participation au Congrès mondial sur la sécurité des frontières, le général-major Abdelghani Hamel a mis en valeur l’excellence des rapports de coopération entre la police algérienne et son homologue espagnole lors d’une réunion qu’il a tenue avec le directeur général de la police espagnole German Lopez Iglesias. Le DGSN, accompagné d’une importante délégation, a saisi cette occasion pour valoriser le niveau de la coopération bilatérale entre les corps de police des deux pays qui s’est accéléré ces dernières années, soulignant l’excellence des relations historiques qui lient les deux pays et le partenariat, sur la base des échanges des bonnes pratiques, des expériences et des expertises communes.
Au cours de cette réunion, le directeur général de la Sûreté nationale a mis l’accent sur l’importance des échanges des renseignements dans les domaines d’intérêt commun, notamment dans la cybercriminalité, le crime organisé et les trafics de tous genres. La réunion a permis également au chef de la police algérienne, le général-major Abdelghani Hamel de mettre l’accent sur l’importance de renforcer et d’intensifier la formation en organisant des sessions dans les domaines de la police scientifique et technique, la sécurité publique, le cyber renseignement, l’analyse criminelle avec des échanges de visites d’experts entre les deux polices. Le général-major Abdelghani Hamel a, d’ailleurs, visité à cette occasion, diverses structures de police de la communauté de Madrid où il s’est informé sur le fonctionnement de certains services opérationnels spécialisés dans la lutte contre la criminalité. Pour rappel,
le général major Abdelghani Hamel a été décoré de la « Médaille d’argent du mérite policier » du ministère espagnol de l’Intérieur « en reconnaissance de ses efforts pour la consolidation de la coopération entre lesp des deux pays ». Une distinction qui se veut une reconnaissance des efforts du général-major Hamel dans la lutte contre la criminalité, la protection des droits de l’homme et la consolidation de la coopération sécuritaire entre l’Algérie et l’Espagne et au sein même de la Méditerranée. Par ailleurs, les deux polices sont liées par un protocole d’accord de coopération et ce suite aux conversations portant sur le renforcement des moyens de coopération entre les polices des deux pays.

S. H.



Articles de la même rubrique

Les plus lus

Filiale du Groupe Metidji
Par Saida AZZOUZ .

Hocine Mansour Metidji, P-DG du groupe Metidji
Entretien réalisé par Saida AZZOUZ .

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Wilaya De Annaba

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF