Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 115 - Août 2018

Go

A la une

Le Président Abdelaziz Bouteflika aux Présidents des Assemblées locales élues :

« Nous sommes tous redevables devant l’histoire »




Mesdames et messieurs, membres des Assemblées élues, Auguste assemblée ;
Tout d’abord, je tiens à vous féliciter pour la confiance placée en vous par les électeurs, une confiance qui implique de lourdes responsabilités dans la fidélité aux engagements que vous avez pris envers le citoyen de rendre en charge ses préoccupations et d’œuvrer à la concrétisation de ses aspirations. Mais, dans la bataille du développement, vous n’êtes pas seuls. Vous avez, à vos côtés, d’autres institutions qui s’acquittent de leurs missions et des instances qui assument leurs rôles pour la concrétisation des objectifs auxquels nous aspirons tous au service de notre cher pays, de son développement et de son essor.
Je m’adresse à vous, car votre rencontre est porteuse de plusieurs significations en termes de consécration de la volonté populaire, de consolidation du pouvoir local et de mise en avant du développement du système national des assemblées élues.
Votre rencontre aujourd’hui, me ramène à plus de cinquante années en arrière, aux premières années du recouvrement de notre indépendance, où notre principal souci était d’effacer, de notre environnement quotidien, les stigmates du colonialisme, de panser les blessures de nos mémoires et de nos cœurs et d’édifier un Etat algérien au sens large du terme. Un Etat fondé sur les principes de la glorieuse guerre du 1er Novembre, un Etat qui concrétise les rêves de nos vaillants martyrs. Nos loyaux moudjahidine, enfants de chouhada et citoyens se sont empressés d’adhérer au processus d’édification de cet Etat dans lequel ils aspiraient à vivre dans la dignité et la fraternité.
En effet, notre priorité majeure était de concrétiser la promesse faite à nos martyrs de transmettre le message, écrit de leur sang à leurs enfants et petits-enfants et vous, qui est venu aujourd’hui votre tour d’assumer votre part de responsabilité au service du citoyen et de la patrie.
Je crois en toute évidence que le sacrifice trouve son sens en tout temps, et à l’instar de nos prédécesseurs qui ont sacrifié leur vie pour la patrie, des générations se sont succédées pour servir l’Algérie avec une conception du sacrifice liée au dévouement à la patrie et à ceux qui l’ont servie avec loyauté.
Notre préoccupation était l’édification d’un Etat démocratique et social.
Nous aspirions à la construction de l’Etat des institutions, dont ses enfants ont cru en une Algérie solide, fraternelle et solidaire dans le cadre de ses constantes, de son identité, de son authenticité et le génie de son peuple.
Toute édification commençant par la base, l’individu -le citoyen- est pour la nation le capital, qui lui apporte sa valeur ajoutée. La construction des institutions de l’Etat s’appuie sur la commune, véritable cellule de base, qui garantit la pérennité du service serein. Elle œuvre en permanence à la satisfaction de besoins, en évolution constante, eu égard aux mutations socio-économiques, culturelles et comportementales de la société et à la concrétisation des aspirations et des attentes.

Mesdames et messieurs,
Tout en m’adressant à vous, je me remémore les étapes de la mutation de la Commune depuis les premières années de l’indépendance en termes de développement des législations jusqu’à l’avènement du pluralisme.
Une ère amorcée dans une violence sanglante, sans précédent, qui a touché les fondements de l’Etat et tenté de démanteler ses institutions à travers l’assassinat de présidents et membres des Délégations exécutives communales, qui ont assumé, avec dévouement, courage et abnégation, la responsabilité de la gestion des communes dans un contexte de vide institutionnel. Ils ont eu l’honneur de défende le pays dans les moments les plus difficiles à l’instar d’autres corps veillant à la protection du citoyen et du pays.
C’est une immense joie que de vous voir réunis, aujourd’hui, portant vos écharpes, ces insignes d’honneur décernées par le vaillant peuple algérien qui fonde sur vous ses espoirs. Soyez dignes de sa confiance et ne le décevez pas.
Notre fierté est d’autant plus grande que les rangs de vos assemblées sont renforcés, pour un tiers, par des élues femmes parmi nos braves sœurs qui contribuent efficacement, aux côtés de leurs frères hommes, à la bataille du développement et de l’édification. Des citoyennes qui imprègnent, abnégation et dévouement, à l’action locale au sein du service public, prenant exemple sur leurs aïeules parmi les valeureuses algériennes ayant combattu, aux côtés de leurs frères, pour la liberté et l’affranchissement du joug colonial.
C’est une place arrachée avec brio et mérite que chacun de nous est appelé aujourd’hui à renforcer et à consolider conformément à la nouvelle donne consacrée dans la Constitution suite à sa dernière révision.

Mesdames, messieurs,
Vous êtes à l’entame de votre mandat électoral, porteur de nouveaux enjeux, pour les uns, renouvelés pour d’autres. En effet, certains parmi vous ont eu le privilège de se voir renouveler la confiance, soit en leur personne ou en leur parti, alors que d’autres, mus par le désir de servir les citoyens de leurs communes, ont été choisis pour cette mission. C’est là, une responsabilité que chacun doit bien mesurer et œuvrer pour être à la hauteur des défis. C’est un serment auquel vous devez être fidèles.
Nous sommes tous redevables devant l’histoire.
Votre élection n’a pas été simple et facile de par la rude compétition qui a marqué la dernière consultation mais la confrontation des idées et des programmes est dans le propre même de la démocratie. Cependant, le plus grand acquis dont l’Algérie peut s’enorgueillir, est incontestablement son engagement à organiser les échéances électorales dans le respect des délais fixés. Le peuple algérien s’est rendu aux urnes, plus d’une vingtaine de fois, consacrant ainsi son droit d’expression et d’opinion sur les différentes questions directement liées à son présent et à son avenir.

Mesdames, messieurs,
Votre rencontre intervient quelques jours après la consécration de Yennayer, jour de l’an amazigh, journée fériée chômée et payée. Une consécration à travers laquelle nous avons voulu conforter notre identité et unité nationales, notre cohésion socio-culturelle et traduire notre forte détermination à garantir une large prise en charge à la promotion du Tamazight, avec la création en cours de l’Académie algérienne de la langue amazighe.
Partant de ce principe constitutionnel, j’appelle toutes les instances et institutions concernées à accorder à Tamazight, dans toutes ses variantes, sa place naturelle dans les espaces de communication quotidienne au niveau des communes et autres structures, notamment à travers l’organisation de session de formation.

Mesdames, messieurs,
Je tiens, à cette occasion, à m’incliner à la mémoire des présidents et membres des Délégations exécutives et des travailleurs des communes, daïras et wilayas, martyrs du devoir national, ceux qui se sont sacrifiés pour que l’Etat demeure debout face aux tenants de l’extrémisme et du terrorisme.
Bravant les dangers auxquels ils étaient confrontés ainsi que leurs familles, ils ont assuré le service au peuple, le jour et veillé à sa sécurité, la nuit.
Cette frange militante au service de la patrie et du citoyen ne s’est pas contentée d’assumer le fardeau d’une étape difficile et pénible et a adhéré, avec son grand sens de nationalisme, à la démarche historique de la réconciliation nationale. Ainsi, ceux qui avaient fait face aux ennemis de la patrie et du peuple, lors des années sanglantes, ont été à l’avant garde pour cautionner et pardonner, à l’image de leurs prédécesseurs de la génération de novembre, la veille de l’indépendance, séchant leurs larmes et retroussant leurs manches, au service de la réconciliation nationale pour ne plus revivre les affres et les horreurs du passé.
Sur un autre registre, j’ai veillé à ce que la Constitution intègre, entre autres, le droit de la Commune à accéder à des ressources propres suffisantes lui permettant d’assumer ses charges, notamment celles induites par le transfert de nouvelles prérogatives. De même que nous avons consacré le droit des générations futures à profiter des ressources actuelles du pays et la nécessité de les préserver dans le cadre d’une démarche de développement durable.

Mesdames et messieurs les élus,
Je demeure convaincu que la commune ne peut relever de nouveaux défis que si elle compte sur ses propres ressources, libère ses initiatives et gère elle-même ses ressources.
Toutefois, cet objectif passe par l’approfondissement de la décentralisation. C’est ainsi, que j’ai instruit le Gouvernement d’imprimer aux nouvelles lois sur les collectivités locales et la fiscalité locale, une nouvelle vision qui met les assemblées élues face à leurs responsabilités, tout en les dotant de tous les moyens nécessaires pour exercer leurs prérogatives dans un cadre légal clair et bien défini.
Un tel changement implique de votre part de transcender les conflits et intérêts étroits et de mobiliser les moyens, humains, financiers et matériels, disponibles en puisant dans le potentiel et atouts de vos territoires.
Je m’étais déjà engagé à faire aboutir le processus de développement local au bénéfice de toutes les régions du pays jusqu’au dernier recoin et je suis résolument déterminé à atteindre cet objectif. La décision, mise en œuvre pour réactiver les Fonds spéciaux pour le développement des Hauts-plateaux et du Sud en est la preuve tangible.
Je crois profondément en les capacités de notre grand Sud et de nos régions steppiques en tant que potentiel, comme en témoigne l’essor agricole de notre Sahara aujourd’hui. Un essor qui a dissipé tous les doutes, ouvrant la voie à l’investissement durable, loin de la rentabilité et de l’autosuffisance.
Fort de cette conviction, nous avons entamé la réorganisation des services de l’Etat au niveau local et créé des wilayas déléguées dans le Sud dans le cadre de la dynamique de développement marquant le pays ces deux dernières décennies, convaincu de la nécessité de rapprocher l’administration du citoyen et de focaliser d’intenses efforts sur le développement des wilayas déléguées créées.

Mesdames et messieurs les présidents d’APC,
Nous œuvrons, au niveau central, à vous offrir tous les moyens de réussite pour vous permettre de travailler efficacement et de réaliser, en toute liberté et responsabilité, vos projets électoraux, et ce dans le cadre d’une vision intégrée. Une vision stratégique à laquelle tout un chacun est appelé à adhérer et à œuvrer à sa concrétisation sur le terrain.
Votre première bataille est la lutte contre la bureaucratie, le népotisme, le clientélisme et les pratiques illégales et votre principal outil doit être les efforts consentis pour la simplification et la modernisation des procédures administratives à la faveur des nouvelles technologies de l’information et de la communication.
Vous avez franchi, en peu de temps, une importante étape dans ce domaine et je vous félicite pour cet exploit qui consacre l’efficacité, la pertinence et la transparence. Cependant, beaucoup reste à faire, d’où la nécessité d’une plus grande mobilisation à tous les niveaux pour lever toutes les complexités bureaucratiques, désormais très onéreuses pour notre économie et nos investisseurs, et qui polluent la relation entre l’administration et le citoyen.
La modernisation est un vecteur essentiel pour la décentralisation des services publics. L’ensemble des systèmes en cours de développement devant être domiciliés au niveau de la commune, vous avez la responsabilité de former la ressource humaine en prévision de cette profonde mutation, dont nous avons perçu l’utilité depuis 2012.
Aujourd’hui, la Commune est bien différente de celle d’hier, des prestations rapides et modernes sont offertes aux usagers grâce à des outils et applications informatiques développés par nos compétences nationales, parmi les ingénieurs et les techniciens, à travers toutes les communes et wilayas.
Je saisis cette occasion pour saluer les grands efforts consentis par l’ensemble des agents au niveau local et les exhorter à persévérer et à ne pas hésiter à entreprendre toute action de nature à alléger la souffrance du citoyen et moderniser davantage l’administration régionale.
L’enjeu à venir est l’élargissement du champ de la modernisation aux prestations du Service public de proximité et l’adoption des principes du développement durable dans leur gestion, en favorisant l’utilisation des énergies propres et renouvelables et en valorisant les ressources de la commune, pouvant être exploitées économiquement dans le cadre de l’économie circulaire, soucieuse de l’environnement et de sa préservation outre l’adoption de nouvelles techniques de gestion intelligente de nos villes, en économisant le temps, l’argent et les ressources naturelles.
Telles sont les défis auxquels vous devrez faire face, ils sont nombreux et divers et c’est pourquoi vous devez vous entraider et coopérer dans le cadre d’une approche de solidarité locale pour surmonter les difficultés et les entraves au niveau local. Par votre solidarité, vous parviendrez à accélérer le rythme du développement dans vos villes et villages. Aussi, je vous appelle à élargir votre vision et à passer rapidement de l’organisation des affaires internes au niveau de vos assemblées aux questions essentielles.
Et pour vous permettre de coordonner vos efforts et de communiquer, périodiquement, avec les services de l’Etat, j’ai décidé d’instituer la tradition «des assises nationales de la Commune», le 18 janvier de chaque année et consacrer cette date «Journée nationale de la Commune» en guise de reconnaissance du peuple et de l’Etat à cette cellule de base pour son rôle dans le processus du développement national et la consolidation des fondements de l’Etat de droit.

Mesdames et messieurs,
Cette journée sera également l’occasion de renouveler le serment aux martyrs du devoir national et de réajuster le processus pour permettre au citoyen d’appréhender autrement la Commune. Une commune dont le rôle s’assimile à une ruche, en travaillant de nuit pour garantir au citoyen l’hygiène publique, l’éclairage et la remise en l’état des infrastructures et qui enchaine le jour pour lui assurer des prestations administratives et techniques.
En vous félicitant pour votre fête nationale, je vous exhorte d’être à la hauteur de sa symbolique et de faire face aux défis avec autant de courage et de mérite que vos prédécesseurs.
Enfin, je saisis l’occasion pour appeler tous les segments de la société à se mobiliser autour des institutions de l’Etat et à les soutenir, particulièrement la commune, afin que nous puissions ensemble concrétiser nos objectifs de développement et permettre à notre pays d’occuper la place qui lui sied dans le concert des nations. J’invite l’ensemble des partenaires politiques à œuvrer ensemble au service du citoyen et de la patrie.


Que Dieux vous guide,
Gloire et éternité à nos martyrs.



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Les plus lus

Libertés démocratiques
Par Farid HOUALI.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Wilaya De Annaba

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF