Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 110 - Dec 2017

Go

A la une

Modernisation et rapprochement de l’administration du citoyen

Noureddine Bedoui gagne la révolution numérique

Par Farid HOUALI



Dans le cadre des grandes réformes structurelles touchant les structures et les missions de l’Etat et l’économie du pays, engagées par le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, le ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire a lancé le grand chantier de la modernisation de l’Administration centrale et des Collectivités locales par la mise en place progressive d’un Système national d’identification sécurisée. Ces dernières années, en effet, le processus de modernisation de l’administration en Algérie a connu, une accélération sans précédent, à travers une série de mesures visant l’amélioration du service public par l’allégement des procédures administratives, la décentralisation de l’établissement des documents biométriques et la généralisation de l’administration électronique. Ces mesures, qui entrent dans le cadre de la nouvelle stratégie du gouvernement, visent à humaniser l’administration en la rapprochant davantage du citoyen, et en assurant des prestations de service public de qualité. Il s’agit de procéder à la simplification des procédures et des démarches administratives notamment celles liées au secteur de l’Intérieur et des Collectivités locales.  L’objectif est d’être « toujours proche et au service du citoyen ». En visite dans la wilaya de Ghardaïa, le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Noureddine Bedoui, a indiqué que « le succès d’une administration dépend de sa capacité à réaliser une communication efficace avec le citoyen et de son interaction avec l’environnement », soulignant que « l’administration doit répondre aux exigences du citoyen, dans le respect des lois », ajoutant que « favoriser une politique de proximité et de contact direct avec le citoyen est de nature à contribuer davantage à assurer l’efficience et à renforcer la confiance et le sentiment de sécurité chez le citoyen ». Au début de l’année en cours, le ministre avait d’ailleurs assuré que 2017 serait celle de l’APC électronique, qui sera instituée dans le cadre de la bonne gouvernance, tout en affirmant que « cette opération sera généralisée sur l’ensemble du territoire national, à compter de 2018». Il a, en outre, indiqué qu’«à compter de cette année, la fiscalité locale sera dotée d’une assise réglementaire spécifique, en y introduisant entre autres la comptabilité analytique pour évaluer le taux de recouvrement mais aussi la cadence imprimée aux projets d’investissement». « Toute cette dynamique ne vise qu’à insuffler l’esprit entrepreneurial dans les actions des maires. Mais aussi en procédant au rajeunissement des services communaux, en se basant sur la formation et le perfectionnement du personnel exerçant », avait-il ajouté. «L’Etat poursuivra ses efforts visant à moderniser l’Administration et à la rapprocher davantage du citoyen, à travers sa dotation de nouvelles technologies et de moyens humains et matériels nécessaires pour l’amélioration de la qualité des services prodigués au citoyen », a souligné Noureddine Bedoui lors d’une rencontre avec les cadres et ingénieurs de la Direction des titres et documents sécurisés, au terme d’une visite d’inspection dans cette structure. En effet, la vulgarisation de l’utilisation des documents biométriques est de nature à contribuer à la promotion de la relation du citoyen avec les différentes institutions de l’Etat dans le cadre du « e-gouvernement ». A chaque sortie sur terrain, Noureddine Bedoui ne manque pas de souligner l’intérêt qu’accordent les pouvoirs publics au rapprochement de l’administration du citoyen dans le souci d’améliorer le service public à travers la modernisation et la mobilisation des moyens nécessaires, notamment pour ce qui est de la délivrance de documents, ajoutant que ce service est appelé à s’améliorer davantage à l’avenir en faveur du citoyen. Le processus de modernisation de l’administration en Algérie a connu, ces dernières années, une accélération sans précédent à travers une série de mesures visant l’amélioration du service public par l’allégement des procédures administratives, la décentralisation de l’établissement des documents biométriques et la généralisation de l’administration électronique. Ces mesures, qui entrent dans le cadre de la nouvelle stratégie du gouvernement, visent à «humaniser» l’administration en la rapprochant davantage du citoyen et en assurant des prestations de service public de qualité. « La stratégie de la modernisation de l’administration prônée par les pouvoirs publics par le biais du ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et l’Aménagement du territoire, s’articule sur deux points essentiels. Il s’agit en premier lieu de mettre à la disposition des personnels de l’administration et les cadres de notre département ministériel des outils modernes afin que ces derniers puissent exercer dans les meilleures conditions quelles soient et aussi mettre à la disposition des responsables des indicateurs leur permettant de prendre les décisions qui faut quand il le faut. Le deuxième axe de ce processus de modernisation concerne les citoyens », a souligné à propos Abderrazak Henni, directeur de la modernisation de l’administration et de l’archive au ministère de l’Intérieur et des Collectivités locale.

La commune électronique
Du fait que ces réformes administratives constituent un outil de changement et de modernisation des administrations publiques pour leur permettre de fournir des prestations à la hauteur des attentes des administrés et surtout des impératifs de développement socio-économique national, ces mesures garantissent, sans aucun doute, plus de transparence et contribueront fortement à la lutte contre les falsifications en tous genres. Dans cette perspective les mesures mises en œuvre par le gouvernement visent à mettre en conformité l’action des pouvoirs publics par rapport aux exigences d’un Etat de droit dont l’action permettra de mettre fin à toutes formes d’abus et de dépassements qui nourrissent les sentiments d’injustice, de frustration et de marginalisation. Dans ce sens, le Gouvernement s’est attelé à déployer un programme d’action fondé sur une stratégie qui englobe les principes essentiels devant encadrer les relations entre l’administration et les citoyens notamment le droit des citoyens à l’information, à la transparence des actes de l’administration et à la protection contre les abus de pouvoirs, et l’amélioration et la simplification des formalités et procédures administratives et l’égal accès de tous au service public. A ce sujet, rappelle notre interlocuteur, le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire a mis en œuvre plusieurs projets et programmes visant à promouvoir le services public à travers l’ouverture des grands ateliers dans les domaines de la modernisation effective et profonde du service public, le rapprochement de l’administration du citoyen, la vulgarisation de l’informatisation et les modes de gestion informatique dans les services publics notamment le passeport biométrique, la carte nationale biométrique, le permis biométrique et la carte d’immatriculation électronique, alors que d’autres projets similaires sont en cours de réalisation, à l’instar d’un guichet électronique unique assurant l’ensemble des prestations fournies par les collectivités locales aux citoyens, ainsi que le projet d’APC électronique capable de servir le citoyen à distance. « Ces réformes administratives, entreprises ces dernières années, ont permis, dans une première étape, l’informatisation du registre national de l’état civil, et, dans une seconde étape, la concrétisation du principe du guichet électronique unique à travers des mesures automatiques simplifiées à même d’alléger la tâche au fonctionnaire et de lui épargner les erreurs dans le traitement des demandes formulées par les citoyens », a encore souligné Abderrazak Henni. Pour étayer ses dires, le même responsable a relevé que 95 millions de documents d’état civil ont été ainsi numérisés à ce jour et ce depuis que le processus de modernisation est mis en branle.

Les défis éthiques de la modernisation
Les mesures de modernisation de l’administration concernent aussi les Algériens établis à l’étranger, qui ne sont plus obligés de se déplacer au consulat pour se faire délivrer ou renouveler leurs passeports. Ils peuvent, désormais, introduire leur demande de passeport via le site du ministère de l’Intérieur avec la possibilité de suivre l’état d’avancement de leur dossier, rectifier d’éventuelles fautes et être informés de la date du retrait du document sur le téléphone mobile via SMS. Les documents administratifs d’état civil ainsi que le passeport, la carte d’identité, le permis de conduire et la carte grise délivrés, jusque-là, par les daïras, sont désormais retirés au niveau des communes. Le programme de décentralisation des retraits des documents administratifs d’état civil lancé par le gouvernement tend vers une meilleure prestation de service. Ainsi, selon les explications du directeur de la modernisation de l’administration, deux millions d’Algériens nés à l’étranger devraient être inscrits à partir de ce mois de novembre dans le registre national d’état civil.

La décentralisation pour éradiquer la bureaucratie
Le processus de modernisation de l’administration en Algérie a connu ces dernières années, une accélération sans précédent à travers une série de mesures visant l’amélioration du service public par l’allégement des procédures administratives, la décentralisation de l’établissement des documents biométriques et la généralisation de l’administration électronique. A ce titre, des décisions ont été prises pour développer la e-administration à travers l’activation du registre électronique de l’état civil, la réduction des délais d’élaboration et de délivrance du passeport biométrique et le lancement de l’élaboration de la carte d’identité nationale biométrique. « C’est là, un des documents les plus sécurisés au monde, dont la conception est assurée par des compétences algériennes », a assuré dans ce sens Abderrazak Henni.   Délivrés auparavant au niveau des daïras, les documents d’identité (carte nationale et passeport biométrique) sont désormais établis au niveau des communes, dans le cadre de la nouvelle stratégie du gouvernement. L’opération de décentralisation ayant déjà été mise en application dans plusieurs wilayas du pays. « Cette décentralisation a pour but d’éradiquer notamment les phénomènes de la bureaucratie et la corruption, selon la nouvelle stratégie, qui met en avant l’impératif de lutter, sans relâche, contre ces fléaux et ce à travers le processus de modernisation enclenché », a encore soutenu notre interlocuteur.  Pour les pouvoirs publics, à ses dires, « cela se concrétisera avec l’appui d’une politique plus entreprenante » en matière de simplification et d’harmonisation des procédures, permettant ainsi un gain conséquent en temps dans l’établissement et la délivrance des documents administratifs. « Le processus d’octroi du passeport biométrique est aujourd’hui accéléré et bien huilé », permettant au titulaire du document de le retirer dans un délai de trois jours, a-t-il fait remarquer. Un site web a été lancé, à cet effet, par ce département permettant aux citoyens de remplir eux-mêmes le formulaire et de choisir le jour du dépôt de leur dossier, pour l’obtention ou le renouvellement d’un passeport. Il convient de noter dans le même contexte que les candidats aux examens du baccalauréat sont prioritaires dans la délivrance de la carte d’identité nationale biométrique, et pour ce faire, les walis ont été instruits de coordonner avec les directions de l’éducation au niveau des wilayas pour entamer cette opération. « Les efforts qui seront poursuivis dans le domaine de la modernisation de l’administration publique visent à asseoir de nouvelles relations entre l’administration et le citoyen et le renforcement de la confiance entre l’administration et l’administré, action qui s’inscrit dans la dynamique d’approfondissement du processus démocratique. Cet objectif a pour fondement la volonté de répondre aux exigences d’un Etat de droit en mesure de faire respecter la loi, et de garantir les libertés publiques et de satisfaire les besoins exprimés par la population, notamment dans le domaine des services publics de qualité, conformes aux normes modernes », selon le directeur de la modernisation de l’administration au ministère de l’Intérieur. La prochaine étape, a-t-il ajouté, une fois la certification électronique effective, les citoyens pourront demander et retirer leurs documents via Internet.

F. H.



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Par Farid HOUALI

Les plus lus

L'Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Après l’automobile
Par Yahia MAOUCHI.

La transformation numérique
Par Dr Ali Kahlane,.

Sécurité alimentaire
Par Yahia MAOUCHI.

Saison estivale 2017
Par Farid HOUALI.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF