Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 128 - Avril 2020

Go

Dossier

Le Premier ministre Abdelaziz Djerad prône une transition vers le solaire

Présidant les cérémonies commémoratives du double anniversaire du 24-Février

Par Rafik BITOUT



Dans la perspective de diminuer la dépendance du pays vis-à-vis des hydrocarbures, le Premier ministre Abdelaziz Djerad a exprimé, à l’occasion des festivités commémorant le double anniversaire de la création de l’UGTA et de la nationalisation des hydrocarbures, la volonté du gouvernement d’impulser une nouvelle dynamique ay secteur des énergies renouvelables et de créer les conditions d’une transition vers le solaire. Pour le Premier ministre il est devenu impératif de « s’affranchir de la dépendance aux hydrocarbures et d’aller vers les énergies renouvelables », estimant que cette option n’est plus désormais « un choix pour le gouvernement, mais une nécessité impérieuse, vu les fluctuations des cours du pétrole ». Un impératif souligné par le Président Abdelmadjid Tebboune dans son message de félicitations exprimé au peuple algérien, particulièrement les travailleurs, à l'occasion du double anniversaire de la création de l'Union générale des travailleurs algériens (UGTA) le 24 février 1956 et de la nationalisation des hydrocarbures, le 24 février 1971. Tout en appelant l'ensemble des citoyens et citoyennes à la sacralisation des vertus du travail et de la morale dans la grande bataille pour l'édification de la nouvelle République, le chef de l’Etat a exhorté l’ensemble des travailleurs à retrousser « leurs manches et en libérant leurs potentiels et leurs talents afin de réaliser le bond qualitatif requis pour la diversification du produit national et la libération du pays de la dépendance à la rente pétrolière. » A ce sujet, le Premier ministre, tout en estimant que les capacités nationales gazières et pétrolières « sont nécessaires », et que l'Etat souhaite également s'orienter vers une nouvelle phase où l'énergie solaire vient en complément des énergies conventionnelles, a indiqué que l’Algérie « possède un énorme potentiel en énergie solaire qui lui permet d’être pionnière dans la production de ce type d’énergie propre », tout en précisant que « c’est là la nouvelle orientation économique adoptée pour sortir de la dépendance absolue à la rente pétrolière».

Dans son allocution, le Premier ministre rappellera à ce propos la stratégie nationale tracée par son gouvernement dans le cadre du plan d’action adopté récemment par le Parlement. Cette stratégie, selon Abdelaziz Djerad, qui vise la production de 4 000 mégawatts à l’horizon 2024 et de 16 000 mégawatts à l’horizon 2035, permettra une économie de près de 240 milliards m3 de gaz naturel, outre un développement efficient du tissu des petites et moyennes entreprises (PME), spécialisées dans la fabrication des composantes des énergies renouvelables. Une stratégie en droite ligne avec « la nouvelle orientation économique adoptée pour sortir de la dépendance absolue à la rente pétrolière », souligne-t-il. Une manière d’exploiter les hydrocarbures dans la relance d'une industrie et d'une économie créatrice de richesses. D’où l'impératif, précise-t-il dans ce sens, de continuer à « encourager l'industrie pétrochimique, en plein essor, en vue de valoriser la production nationale d'hydrocarbures, de répondre à la demande nationale en dérivés pétroliers et de s'orienter vers l'exportation ».

 

Le renouveau économique

En matière de renouveau économique, le Premier ministre a mis l’accent sur l’impératif de développer l’agriculture, l’industrie, la pétrochimie, le tourisme et l’économie de la connaissance et tous les secteurs générateurs de richesses. C’est le « seul moyen de faire face aux défis qui nous sont imposés », a-t-il souligné, ajoutant qu’« au vu de ses capacités et des moyens dont elle dispose, l'Algérie pourra devenir un pays émergent en un laps de temps court, à condition que les uns et les autres fassent preuve de bonne volonté et conjuguent leurs efforts. »

« Nous sommes tenus d'exploiter d'autres ressources inexploitées à ce jour », notamment la jeunesse, l'économie de la connaissance, la transition numérique et la valeur du travail, a soutenu Abdelaziz  Djerad, insistant sur l'impératif d'encourager les jeunes à appréhender l'avenir avec confiance sous l'angle de la créativité, de l'innovation, de la compétitivité et de l'aspiration à l'excellence, tout en s'inspirant de la génération de Novembre qui a accompli pleinement son devoir pour la libération du pays du joug colonial et le recouvrement de sa souveraineté sur ses ressources naturelles.

 

Une économie basée sur la connaissance

Mettant en avant l'importance de l'économie de la connaissance et de la transition numérique en tant que critères à l'aune desquels se mesurent la puissance et l'influence des Etats, le Premier ministre a souligné que la compétitivité de l'économie fondée sur la connaissance, l'innovation et les technologiques numériques ne laisse pas de place à « ceux qui sont à la traîne » dans ce nouveau monde. Selon lui, l'Algérie recèle suffisamment de ressources pour accélérer le développement et assurer une intégration réussie dans l'économie mondiale.

A ce sujet, le Premier ministre a présidé un Conseil interministériel consacré à la stratégie de développement des start-ups et à leurs modes de financement. Dans ce cadre, plusieurs mesures et décisions ont été arrêtées et ont trait à la création d’un fonds d’investissement dédié au financement et à l’accompagnement des start-ups, d’un Haut Conseil de l’innovation qui constituera la pierre angulaire de l’orientation stratégique en matière de valorisation des idées, des initiatives innovantes et des potentialités nationales de la recherche scientifique, au service du développement de l’économie de la connaissance. En outre, il a été décidé de l’élaboration du cadre juridique devant définir et labéliser les concepts de start-up et d’incubateurs, ainsi que du lexique spécifique à l’écosystème de l’économie de la connaissance, en vue de faciliter les procédures de création de ces entités. Cette action entraînera aussi l’adaptation de ceux régissant les mécanismes de financement des besoins exprimés par les start-ups en phase de pré-amorçage. Comme il a été question du transfert de l’Agence nationale des parcs technologiques (ANPT) au ministère de la Micro-entreprise, des Start-ups et de l’Economie de la connaissance, de même que le pôle d’excellence régional « HUB Technologique » pour les start-ups, en cours de réalisation par la Sonatrach au niveau du Parc des Grands vents « Dounia Parc ».

 

Les objectifs du développement socio-économique

Mettant en avant le processus d'édification de l'Algérie nouvelle, enclenché le 22 février 2019, devant aboutir en principe à une autre étape à même de consacrer les fortes aspirations du peuple au changement, à la démocratie, à la justice sociale et à l'édification d'un État de droit, le Premier ministre a souligné la « construction d'un État de droit, le renforcement des libertés individuelles et collectives, la démocratie participative et la gestion transparente des institutions de l'État, valeurs qui seront introduites dans la nouvelle Constitution ».

Aussi, le Premier ministre a exhorté l’ensemble des travailleurs et citoyens à s'unir autour des nobles principes qui font du travail une valeur civilisationnelle et morale dont il faut respecter les exigences tout en se convaincant de la nécessité de rattraper le temps perdu pour l'édification d'un Etat fort. Affirmant que tout développement perd sa finalité s'il ne contribue pas à l'amélioration des conditions de la vie des citoyens sur tout le territoire national, Abdelaziz Djerad a appelé les travailleurs et les pouvoirs publics à œuvrer « côte à côte » pour le maintien du système national de protection sociale des salariés et des retraités, confronté à une grave crise financière, à travers des solutions innovantes à même de garantir sa pérennité et son adaptation aux nouvelles donnes du marché de travail et de l'économie. D’autant, a-t-il relevé, que le dialogue demeure la voie optimale pour trouver des solutions aux préoccupations soulevées, afin de réunir un climat favorable et adéquat à la concrétisation des objectifs du développement socio-économique à même de bâtir une Algérie nouvelle, conformément à la voie tracée par le chef de l’Etat pour garantir une vie décente à tous les citoyens et préserver les droits des travailleurs et des retraités. A ce sujet, le Premier ministre a rappelé les mesures décidées par le Président Abdelmadjid Tebboune relatives à l'exonération totale des faibles salaires, la révision du SMIG, la régulation du marché, la protection du consommateur de la spéculation et la subvention des produits à large consommation, qui ne connaitront aucune augmentation.

 

 

 



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Par Rafik BITOUT

Les plus lus

L’Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

L ‘accès à la justice constitutionnelle algérienne (1re partie)
Par Kamel Feniche, président du Conseil constitutionnel .

Télécharger version PDF

Version PDF